×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Green & smart building park: Le projet opérationnel en septembre

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5490 Le 08/04/2019 | Partager
    Il est porté par Iresen et l’OCP à Benguerir
    La plateforme de test et de formation dédiée aux bâtiments verts et l’efficacité énergétique
    Objectif: réduire la consommation dans le secteur du bâtiment de 15% à l’horizon 2030
    green-smart-building-park-090.jpg

    La plateforme dédiée aux bâtiments verts et à l’efficacité énergétique va nécessiter un budget de 220 millions de DH pour concevoir entre autres un smart campus de 14 maisonnettes, des laboratoires réseaux intelligents…Ci-dessus, la maquette de ce projet

    La date vient d’être annoncée. Le Green & smart building park sera opérationnel en septembre 2019. La plateforme de test et de formation  dont les travaux de construction sont en cours sera dédiée aux bâtiments verts, l’efficacité énergétique, les réseaux intelligents et la mobilité durable.

    Elle vise à mettre en commun des ressources, à fédérer les efforts des différentes institutions et acteurs locaux dans les secteurs de la construction durable et des réseaux intelligents et à encourager la recherche appliquée et l’innovation. La plateforme se fixe comme objectif de réduire la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment de 15% à l’horizon 2030 et à développer de nouvelles solutions intelligentes pour le bien-être des habitants.

    Un budget de 220 millions de DH y a été injecté pour concevoir entre autres des laboratoires de la construction durable avec un smart campus de 14 maisonnettes et Test Fields pour l’incubation de start-up, des laboratoires réseaux intelligents, un aménagement voirie et réseaux divers, un village solaire.

    «La plateforme contribuera à passer de la recherche à l’innovation et à développer des produits, des services et des process pour la ville durable marocaine et africaine de demain, à travers l’intégration des énergies renouvelables et la digitalisation», espère Badr Ikken, directeur général de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen), porteur du projet, en partenariat avec l’OCP et le ministère de tutelle.

    «Les énergies renouvelables sont en train de métamorphoser le paysage énergétique. Une mutation qui profite à la recherche et développement (R&D) et à l’innovation dans ce domaine dont le budget alloué pour la période 2017-2023 a été revu à la hausse», renchérit le ministre de l'énergie, des mines et du développement durable, Aziz Rebbah.

    Et ce n’est pas fini. L’Iresen lancera d’autres plateformes en 2020. Il s’agit du «Water Energy Nexus» qui sera dédiée au dessalement, au traitement des eaux et Nexus eau-énergie.

    S’y ajoute le «Bio-energy & Storage Park» qui ambitionne de se concentrer sur la bioénergie, la biomasse et le stockage de l’énergie. Egalement au programme, le «GreenH2A» pour la production de carburants verts à base d’énergies renouvelables (Power-to-X).

    A rappeler que la première plateforme portée par Iresen est le Green energy park qui a vu le jour en 2017. C’est une des premières plateformes de recherche et développement pour les énergies renouvelables installées au Maroc. A Benguerir, la ville verte.

    Green Energy Park est même une première en Afrique qui permet de mutualiser les ressources, de créer des synergies et de positionner le Maroc comme leader de l’innovation dans le domaine des énergies renouvelables. Elle a mobilisé un investissement de plus de 210 millions de DH financé par le ministère de tutelle et le groupe OCP.

    Conçu sur un terrain de 8 ha, Green Energy Park,  dispose d’une plateforme de recherche intérieure de plus de 3.000 m2 qui intègre plusieurs laboratoires dans le domaine du solaire photovoltaïque et du solaire thermique à concentration. Et bien que le projet est inscrit dans l’écosystème de l’université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir, la plateforme est ouverte à toutes les universités marocaines, tient à préciser Badr Ikken.

    Green Energy Park a d’ailleurs noué plusieurs partenariats stratégiques avec les grands centres internationaux de recherche et les entreprises et industries du secteur pour assurer le transfert technologique, tout en développant une coopération scientifique bidirectionnelle.

    Laboratoire géant

    La première plateforme de recherche d’Iresen est un laboratoire géant qui mène des recherches sur des sujets prioritaires en utilisant l’énergie solaire, comme la conception de solutions de stockage thermique et électrique innovantes. Il a à son actif plusieurs projets comme le développement de nouvelles générations de modules photovoltaïques adaptées aux conditions climatiques arides et semi-arides, la mise en place d’un laboratoire accrédité ISO 17025 pour le test et la certification des modules photovoltaïques, le développement d'un nouveau Robot pour nettoyer les modules PV et les systèmes équipés d'un système de traitement et de recyclage de l'eau…

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc