×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5485 Le 01/04/2019 | Partager

■ Une femme accouche un mois après son premier enfant!
Une mère bangladaise a récemment eu la surprise de sa vie en accouchant de jumeaux dont elle ignorait être enceinte, 26 jours après avoir donné naissance à un premier enfant prématuré. Arifa Sultana, 20 ans, avait accouché d'un petit garçon le mois dernier par voie naturelle, mais les docteurs n'ont pas réalisé qu'elle possédait un second utérus. «Elle ne savait pas qu'elle était encore enceinte de jumeaux. Elle a à nouveau perdu les eaux 26 jours après la naissance du premier bébé et a couru nous voir», a expliqué à l'AFP Sheila Poddar, la gynécologue qui a traité la femme. Les docteurs ont procédé en urgence vendredi dernier à une césarienne pour sortir les jumeaux, un garçon et une fille. La jeune femme du district de Jessore (sud-ouest du Bangladesh) a pu rentrer mardi chez elle avec ses trois bébés. Tous sont en bonne santé. «En plus de 30 ans de carrière médicale, je n'ai jamais vu un cas comme ça», a déclaré à l'AFP Dilip Roy, haut responsable médical de Jessore, se demandant comment les médecins de l'hôpital avaient pu passer à côté de la seconde grossesse.

■ Elle obtient enfin une pension alimentaire pour sa fille après 50 ans
Près de 50 ans après un jugement condamnant son ex-mari à participer financièrement à l'éducation de sa fille, aujourd'hui âgée de 52 ans, une Californienne va enfin recevoir les pensions alimentaires tant attendues: 150.000 dollars avec les intérêts, selon les médias américains. Toni Anderson, aujourd'hui âgée de 74 ans, avait épousé Don Lenhert en 1966 mais le couple s'était séparé deux ans plus tard, après avoir donné naissance à une petite fille. Dans le cadre de la procédure de divorce, un juge avait ordonné au père de contribuer financièrement à l'éducation de son enfant, à raison de 210 dollars par mois pendant 30 mois, puis 160 dollars par mois jusqu'à son 18e anniversaire. Mais «le premier chèque était sans provision, et ensuite il est parti au Canada avec sa copine et il a eu deux autres enfants. Il a complètement disparu», a affirmé Mme Anderson à CNN. Architecte d'intérieur à Los Angeles, elle a réussi à élever seule sa fille et à lui payer l'université. Mais la septuagénaire dit désormais manquer de moyens avec sa seule retraite et est obligée de louer une partie de la maison qu'elle occupe à Carlsbad, dans le sud de la Californie, tout en continuant à travailler à temps partiel. Ce n'est que l'an dernier que Toni Anderson s'est rendu compte que la loi californienne ne prévoyait aucun délai de prescription pour les arriérés de pension alimentaire. Grâce à internet, elle a retrouvé la trace de son ex-mari, qui vit désormais dans l'Oregon (ouest). «Il ne me devait que 160 dollars par mois, mais ça c'était il y a 50 ans. Aujourd'hui ça fait beaucoup plus», a lancé Mme Anderson à la télévision locale KGTV. Avec des intérêts à 10% par an, la somme dépassait 170.000 dollars mais elle a été ramenée à 150.000 lors d'une transaction conclue mercredi entre les parties. «Je pense qu'il est un petit peu paniqué», a dit Mme Anderson, interrogée sur la réaction de son ex-mari, qui était présent au tribunal. «Et j'en suis bien contente parce que j'ai été paniquée durant toutes ces années. Maintenant, c'est son tour».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc