×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    OCP, Managem... Les champions

    Par Nadia DREF | Edition N°:5482 Le 27/03/2019 | Partager
    RSE, R&D, économie d’énergie...
    Maya Gold & Silver projette le traitement de l’ancienne digue de la mine

    Répondre aux défis liés à des exigences sociales et environnementales, assurer la pérennité de leur activité... Autant de défis auxquels sont confrontés plusieurs groupes miniers. Pour les relever, les entreprises se sont inscrites dans la démarche de la responsabilité sociale (RSE). Les principaux opérateurs miniers mettent en place des programmes sociaux au profit des populations riveraines, portés par les structures adaptées (fondations, coopératives…). Ces champions nationaux se sont également alignés sur les bonnes pratiques en termes d’efficacité énergétique, hydrique et de bonne gestion des écosystèmes et des déchets. «La prise en conscience de mettre l’activité au cœur de la vision responsable d’approvisionnement en ressources minières dans toute la chaîne de valeur de l’industrie s’est illustrée par plusieurs actions menées par les entreprises minières opérant au Maroc», tient à préciser le ministre de tutelle.

    ■ Le modèle OCP
    Grâce à ses activités, le dynamisme économique, dans les régions où le groupe opère, a évolué et le taux de chômage s’est amélioré. En effet, il a poussé plus loin le curseur de son engagement sociétal avec le lancement du programme OCP Skills. Ce dernier vise le développement des compétences des jeunes des régions avoisinantes aux sites d’exploitation et ceci à travers des formations favorisant leur employabilité, ou l’incubation des entreprises porteuses de projets. Dans le cadre de son programme économie circulaire, le groupe phosphatier, considéré comme le plus grand consommateur d’énergie au Maroc, a la ferme volonté aujourd’hui de maîtriser cette consommation. Le slurry pipeline, une nouvelle technologique révolutionnaire du transport des phosphates, a permis de conjuguer l’intérêt environnemental et l’intérêt économique. Il a contribué à une réduction de 90% des coûts logistiques ainsi qu’une augmentation de la capacité de phosphates transportés, précise le ministère de tutelle. En effet, environ 930.000 tonnes par an de réduction des émissions de CO2 et 3 millions de m3 d’eau économisés par an, entre 140.000 et 160.000 tonnes d’économie de fuel par an pour 20 millions de tonnes de produit transportées.
    La ville verte Mohammed VI à Benguérir, qui a pour vocation d’offrir un cadre de vie attractif et écologiquement exemplaire autour d’un écosystème du savoir, constitue aussi un bon exemple de la vision responsable de d’approvisionnement en ressources minières. Elle restera profondément ancrée dans l’esprit du développement durable.
    ■ L’empreinte Managem
    Sa stratégie relative à l’approvisionnement en énergie a conduit ce groupe à recourir aux développeurs privés des projets électriques de sources renouvelables, notamment éolienne. En effet, plus de la moitié de la consommation électrique de ses sites miniers provienne de sources d’énergie propre.  En 2019, le groupe poursuivra également un important programme d’investissement, notamment en recherche et développement. Objectif: accompagner sa vision de croissance durable et responsable. Dans ce cadre, un programme d’exploration sera déployé pour mettre en évidence de nouvelles ressources minières pour assurer la pérennité des sites en exploitation et lancer de nouveaux projets de croissance externe.

    ■ Maya Gold & Silver
    Dans le même sens, la société canadienne Maya Gold & Silver exploite la mine de Zgounder située loin du réseau électrique national. La compagnie assure actuellement ses besoins en électricité par des groupes électrogènes et s’apprête à développer son premier parc éolien en vue d’optimiser le coût de l’énergie utilisée. Aussi, la société recycle les eaux utilisées au niveau du traitement à hauteur de 85% et projette dans un avenir proche le traitement de l’ancienne digue de la mine.

    N.D.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc