Culture

Quand la peinture donne des couleurs à la vie

Par Joséphine ADAM | Edition N°:5470 Le 11/03/2019 | Partager
L’artiste marocain PeterAtmanSan expose à Marrakech jusqu’au 21 avril
Un voyage dans l’abstrait aussi vivifiant que méditatif
exposition-peteratmansan-070.jpg

La toile «Mi Tierra» a la forme de l’horizon. Elle fait partie des tableaux exposés jusqu’au 21 avril prochain à la Maison d’été dans la zone industrielle de Sidi Ghanem (Ph. PeterAtmanSan)

Il vient de vendre ses toutes premières toiles au Maroc. L’art de PeterAtmanSan est un mélange de matières, de couleurs et de sentiments limpides, apaisés et tout autant complexes. En tout cas pour celui qui regarde. Car l’homme est bien dans sa peau et sa peinture s’en ressent forcément. Très loin de lui le modèle de l’artiste maudit.

«Si je traverse des moments difficiles, je ne prends pas mes couteaux à peindre», confie-t-il. Il présente, du 22 mars au 21 avril prochain et pour la première fois à Marrakech, ses oeuvres récentes à la Maison d’été dans la zone industrielle de Sidi Ghanem. Mises en situation dans des espaces savamment meublés, ses toiles mettent de l’éclat. On y voit les traces, les coups de pinceau, de couteau, de doigt.

exposition_peteratmansan_070.jpg

L’art de PeterAtmanSan est un savant mélange de matières et de couleurs. La toile «Promenons-nous dans les bois» en est un parfait exemple (Ph. PeterAtmanSan)

Les reliefs de la matière qui, comme les tonalités, s'imbriquent à merveille. Tout est cohérent et esthétique. La toile semble vibrer, et l’oeil perçoit ce qu’il veut bien y voir. Plusieurs options sont possibles. «Promenons nous dans les bois...», «Primitive Orbs», «Fall» ou «Mi Tierra» sont quelques-uns des noms donnés à ses tableaux pour ce voyage dans l’abstrait aussi vivifiant que méditatif.

Mais rien ne tient au hasard. Après de longues années dans la grande distribution, il perçoit la perte de son emploi comme une bénédiction. Il s’envole alors pour l’Inde, une vieille envie, où il suivra une formation intensive de yoga après plus de 10 ans de pratique. Un tournant.

«Ce genre de discipline fait émerger ce que nous laissons de côté, inconsciemment ou non, par peur ou faute de temps. Dès mon retour au Maroc en 2009, j’ai eu très envie de peindre alors que je n’avais jamais osé le faire avant» ajoute-t-il. Après le maître yogi indien, une autre rencontre est déterminante. Celle de Geneviève Krebs en Tunisie. La peintre coloriste le guide dans ses premiers pas. Ensemble, alors qu’elle est déjà reconnue sur la scène artistique

Quand la peinture donne des couleurs à la vieinternationale, ils s’essayent aux toiles à quatre mains. «C’est loin d’être évident d’accepter qu’un autre touche à son travail», constate PeterAtmanSan. La vie avance, l’oeil s’aiguise, le geste est plus précis et les envies de s’émanciper arrivent. Avec elles, l’artiste prend ses propres marques et décide de conjuguer la peinture à son activité de guide en yoga et énergéticien. L’un ne semblant pas aller sans l’autre. Une fusion qui fait sa signature.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc