×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Chine: Des mesures pour relancer la croissance

    Par L'Economiste | Edition N°:5467 Le 06/03/2019 | Partager
    Baisse des impôts et des charges sociales sur les entreprises
    Les dépenses seront limitées
    chine_pib_067.jpg

    Le PIB chinois croîtra entre 6 et 6,5% en 2019, en très léger repli par rapport au score réalisé en 2018 (6,6%). De nouvelles mesures de relance sont attendues

    Visée par les sanctions commerciales des Etats-Unis, la Chine s'est dit prête à livrer bataille pour défendre sa croissance économique. Le président chinois Xi Jinping se voit confronté à des difficultés à l'intérieur comme à l'extérieur, obligeant son régime à soutenir davantage l'économie.

    Le PIB chinois croîtra entre 6 et 6,5% en 2019, en très léger repli par rapport au score réalisé en 2018 (6,6%). C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre Li Keqiang auprès de 3.000 députés de l'Assemblée nationale populaire, réunis jusqu'au 15 mars 2019 dans le cadre imposant du Palais du peuple à Pékin. Le pays va devoir s’attaquer à la pauvreté et au chômage tout en donnant des gages aux entreprises.

    Prenant la parole à l'ouverture de la session annuelle du Parlement, le Premier ministre a annoncé une série de mesures de relance. «La conjoncture tant nationale qu'internationale a fait basculer notre développement dans un environnement d'une grande dureté et complexité», a-t-il reconnu. Ceci au moment où les Etats-Unis ont imposé des droits de douane punitifs sur des centaines de milliards de dollars de produits chinois.

    L'augmentation du déficit «répond au besoin de ménager une marge de manoeuvre politique suffisante pour maîtriser les risques susceptibles de surgir dans les temps à venir», a indiqué le Premier ministre Li Keqiang. Le budget qu'il a présenté prévoit une baisse de 2.000 milliards de yuans (environ 260 milliards d'euros, soit environ 2% du PIB) des impôts et des charges sociales sur les entreprises.

    La TVA va baisser de trois points, de 16 à 13% pour les produits industriels et de 10 à 9% pour des secteurs tels que les transports et le bâtiment. Au total, le budget de l'Etat et des collectivités locales pour 2019 se traduit par une légère hausse de 0,2 point du déficit budgétaire, à 2,8% du PIB.

    D’autre part, les collectivités locales vont bénéficier d'une hausse des obligations spéciales qu'elles sont autorisées à émettre pour un total de 2.150 milliards de yuans (282 milliards d'euros), soit une augmentation de plus de 100 milliards d'euros. Pékin doit ainsi limiter ses dépenses. Le budget militaire augmentera de 7,5% cette année, une hausse inférieure à celle de l'an dernier (+8,1%).

    Les annonces du gouvernement ont été bien reçues sur les places boursières chinoises. Mais la perspective d'un affrontement durable avec Donald Trump pèse sur la confiance des entreprises chinoises et sur les décisions d'investissement.

    L'activité est aussi freinée par la lutte du pouvoir contre l'endettement et les risques financiers. Les autorités ont ainsi assuré qu'il n'était pas question d'opter pour un grand plan de relance comme dans les années qui ont suivi la crise financière des années 2008-2009.

    Une nouvelle loi sur l'investissement étranger

    Une nouvelle loi sur l'investissement étranger devra être adoptée à la session parlementaire, en réponse directe aux pressions de l'administration Trump. Celle-ci exige de la Chine non seulement un rééquilibrage de la balance commerciale bilatérale, mais aussi des réformes structurelles, telles que la fin des transferts de technologie imposés aux entreprises étrangères. «Les négociations avec les Etats-Unis sont très difficiles et il reste encore beaucoup à faire», a averti le ministre du Commerce, Zhong Shan. Ceci au moment où la presse américaine mentionne qu’un accord pourrait être signé par les présidents Xi et Trump fin mars aux Etats-Unis.

    F. Z. T. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc