×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Draa Tafilalet: La faune saharienne s’enrichit avec des gazelles et des autruches

    Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5420 Le 26/12/2018 | Partager
    Réintroduction de 64 gazelles dorcas et 8 autruches à Zagora et Mhamid El Ghizlane
    Implication massive du tissu associatif de Zagora dans les actions de sensibilisation de la population
    gazelles_et_des_autruches_draa_tafilalet_020.jpg

    La région a accueilli 64 gazelles dorcas, ramenées à partir des réserves gérées par le HCEFLCD du parc national de Souss Massa et de Rmila (Marrakech) en plus de 8 autruches, ramenées du parc national de Souss Massa (Ph. SB)

    Le parc animalier de la région de Draa Tafilalet vient de s’enrichir suite à une opération de réintroduction de gazelles dorcas et d’autruches à cou rouge menée récemment par le Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD ).

    Cette opération s’inscrit dans le cadre du plan d’action national de conservation de la faune saharienne 2015-2024, mis en place par le HCEFLCD et qui concerne six espèces d’ongulés sauvages (Gazelle Dorcas, Gazelle de Cuvier, Gazelle Dama, Addax, Oryx et mouflon à manchettes) en plus de l’autruche à cou rouge. Ainsi, la région a accueilli 64 gazelles dorcas, ramenées à partir des réserves gérées par le HCEFLCD du parc national de Souss Massa et de Rmila (Marrakech) en plus de 8 autruches, ramenées du parc national de Souss Massa.

    L’autruche à cou rouge, qui a disparu du Maroc à l’état sauvage, a été réintroduite au milieu des années 80 et remise dans des enclos notamment dans le parc national de Souss Massa, la réserve de Safia à Bir Guendouz et récemment dans la région de Draa Tafilalet à Mcissi (Tinghir) et Mhamid El Ghizlane. La gazelle dorcas est, quant à elle, une espèce qui existe à l’état sauvage dans plusieurs régions au Maroc.

    A Mhamid El Ghizlane, il existe encore quelques petits groupes de cette espèce de gazelles.  «Le principal objectif de ce programme est de restaurer la gazelle dorcas et l’autruche à cou rouge dans leur habitat naturel avec une implication des acteurs locaux. Il s’agit aussi d’effectuer des opérations test de lâcher dans des sites naturels tout en assurant le gardiennage et le suivi scientifique et technique de tout le processus de réintroduction», explique Samira Mansouri, de la Direction Provinciale des Eaux et Forêts et de la Lutte Contre la Désertification de Zagora.

    Le suivi de cette opération se fera par les agents forestiers de la direction, en partenariat avec les autorités locales, les associations, les acteurs touristiques,  les communes, les ONG et les départements ministériels. Vu la grande représentativité de tissu associatif dans la province de Zagora, il était important que ce programme les fasse participer dans les actions de vulgarisation et sensibilisation auprès de la population, particulièrement pour ce qui est des impacts écologiques, socioéconomiques et touristiques.

    Un atelier a d’ailleurs été organisé récemment afin de susciter l’implication effective, en particulier les associations œuvrant dans la protection de la nature et l’environnement à Zagora, dans le programme de réintroduction de la faune saharienne. De plus, et dans le cadre de la convention signée avec le ministère de l’environnement Qatari, la Fondation Internationale de Recherche Ecologique Qatarienne s’est engagée avec le HCEFLD pour la mise en œuvre de programme de réintroduction de la faune saharienne dans son habitat naturel par le recrutement de gardiens supplémentaires qui assureront la surveillance au niveau de la région  sous l’encadrement des agents forestiers.

    Des résultats satisfaisants ont pu être atteints avec le plan d’action national de conservation de la faune saharienne 2015-2024, dont le maintien à l’état sauvage des populations de la Gazelle dorcas, de la gazelle de Cuvier et du mouflon à manchettes ainsi que la restauration de certains de leurs habitats.

    Les effectifs de la gazelle de cuvier dépassent aujourd’hui les 4000 individus. Le Maroc dispose ainsi de stocks importants des gazelles dorcas, des gazelles dama, des oryx et des addax répartis sur  26 enclos. Ce programme a permis l’établissement de groupes fondateurs: Addax et Gazelle dama, dans la station d’acclimatation de la faune saharienne de Safia dans la province de Bir Guendouz, et de l’Oryx et de la gazelle dama dans la station d’acclimatation de Msissi.

    En outre, des opérations de translocations ont été réalisées courant 2017-2018. Celles-ci ont permis la création d’un nouveau noyau reproducteur de l’autruche à cou rouge dans la réserve de M’Cissi, en juillet 2017 et à Mhamid El Ghizlane au cours de la récente opération de réintroduction.

    De plus, un transfert d’une population de gazelles dorcas (20 individus) et de mouflon à manchettes (18 individus) a été effectué en mars 2018, vers un enclos réalisé au niveau de la province de Kelaa-Sraghna dans le cadre du projet de l’espace éducatif et récréatif à la zone de Saquia Yaacoubia.

    La population de mouflons au niveau du parc national de Tazekka a été, de son côté, renforcée par le transfert de 25 individus de la région de Marrakech en mars 2018. Il est à noter que 4 nouveaux enclos sont en cours de réalisation et seront achevés fin 2018.

    De notre correspondante permanente, Sabrina BELHOUARI

           

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc