Régions

Fès: Grand-messe sur le modèle de développement

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5410 Le 12/12/2018 | Partager
Esquisser la situation économique, politique et sociale au menu aussi
Plusieurs académiciens, économistes et élus y participent le 14 décembre

Face aux multiples appels pour un nouveau modèle de développement, les experts réagissent. Ils ont choisi de se retrouver à Fès le 14 décembre prochain pour en discuter autour du thème «nouveau modèle de développement pour le Maroc» (NMD) en présence de plusieurs personnalités marocaines et universitaires.

Cette conférence est organisée par le Groupe de réflexion sur le développement durable (GRDD). Elle devra esquisser la situation économique, politique et sociale du pays. Pour Farid Zerrouq, initiateur de l’événement, «ce colloque sera l’occasion de montrer les faiblesses du modèle de développement en cours, et donner les grandes lignes du nouveau modèle de développement politique, économique et social dont a besoin le Maroc pour décoller».

Durant ce colloque, les intervenants se pencheront sur la thématique du NMD, pour contribuer au débat qui est déjà engagé dans ce domaine, en mettant l’accent sur le rôle que jouent, ou que devraient jouer les partis politiques, les entreprises et la société civile dans l’élaboration de cette feuille de route.

«L’objectif est d’interpeller les différents intervenants quant aux nouveaux enjeux et objectifs du développement de notre pays, et ce dans la perspective d’enrichir les réflexions actuelles autour de ce sujet», souligne Zerrouq. Et de poursuivre: «En examinant notre environnement socio-économique national, on constate que plusieurs chantiers stratégiques et structurants ont été lancés depuis le début des années 2000».

A travers ses différentes institutions, le Maroc s’est fixé comme orientations l’accélération de la transformation structurelle de l’économie nationale par le renforcement de la compétitivité de l’économie nationale, la valorisation du capital humain, la réduction des inégalités régionales et sociales ainsi que le maintien des équilibres macro-économiques.

Toutefois, malgré des avancées notables enregistrées dans plusieurs domaines d’activité, le Royaume accuse toujours un retard au niveau mondial en termes d’indice de développement humain. Ceci, à cause des déficits enregistrés dans les domaines de la scolarisation et de l’alphabétisation.

«L’explication de cette contre-performance trouve ses origines dans la croissance démographique et des inégalités sociales qui persistent. C’est la raison pour laquelle les pouvoirs publics ont décidé de lancer un long processus de développement du potentiel humain», estiment les organisateurs. Cette valorisation est tributaire de l’amélioration des conditions d’accès aux services du système éducatif, qui représente d’ailleurs le premier indicateur du développement des capacités humaines.

En tout cas, la rencontre du GRDD s’est assignée comme finalité la mobilisation de la réflexion collective marocaine. Quoique parfois caractérisée par des divergences à cause des conflits d’intérêts. «Néanmoins, il faut développer une nouvelle logique réunissant des intervenants provenant de différents horizons afin de débattre cette thématique, proposer les éléments pertinents d’une feuille de route nationale et plaidoyer pour  un nouveau modèle de développement pour notre pays», conclut Zerrouq.

Chercher l’équilibre

Réunis le temps d’une journée, les experts devront échanger les expériences et présenter leurs visions pour le futur modèle de développement. «Nous rassemblerons des acteurs politiques, économiques, universitaires et ONG, et ferons des recommandations pour une bonne gouvernance politique, une meilleure production économique, une valorisation des ressources humaines», expliquent les organisateurs. En clair, ils chercheront un compromis entre le développement économique et la maîtrise des finances publiques et de l’équité sociale. «Cet équilibre passera par une politique fiscale audacieuse, un encouragement de la performance et une évaluation à tous les instants et à tous les niveaux», explique Zerrouq.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc