×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5390 Le 12/11/2018 | Partager

    ■ Un ex-chef de l'administration pénitentiaire condamné à 22 ans de prison
    L'ancien directeur de l'administration pénitentiaire du Guatemala, Edgar Camargo, a été condamné jeudi à 22 ans et demi de détention dans une vaste affaire de corruption et de trafic d'influence dans les prisons, a annoncé le parquet. L'ancien responsable faisait partie d'un réseau qui, pour des pots-de-vin pouvant aller jusqu'à 100.000 dollars, permettait à des détenus d'obtenir un transfert vers d'autres prisons, de recevoir des visites conjugales ou de bénéficier de divers privilèges, comme des mesures de sécurité particulières à l'intérieur des prisons. Le chef du réseau, Byron Lima, un officier à la retraite tué lors d'une mutinerie de prisonniers en 2016, opérait avec la complicité étroite d'Edgar Camargo, a révélé l'enquête menée par la justice guatémaltèque en collaboration avec la mission de l'ONU contre la corruption (CICIG). Le capitaine Byron Lima, qui purgeait lui-même une peine de 20 ans de prison pour le meurtre en 1998 d'un évêque qui s'était opposé à l'armée, avait réussi à asseoir son pouvoir sur les fonctionnaires de l'administration pénitentiaire. Depuis sa prison, l'ancien officier achetait maisons luxueuses et voitures de prix. Six complices ont été condamnés avec Edgar Camargo par un tribunal de Guatemala pour association de malfaiteurs, blanchiment d'argent et corruption passive. C'est l'ancien directeur de l'administration pénitentiaire qui a écopé de la peine la plus lourde, la plus légère étant de cinq ans de prison. «Nous allons faire appel, comme la loi nous le permet», a annoncé Edgar Camargo aux journalistes, en assurant qu'il allait observer une grève de la faim jusqu'à ce que le gouvernement «mette dehors» la CICIG. La mission onusienne, rejointe récemment par la justice guatémaltèque, a demandé la levée de l'immunité du président Jimmy Morales, soupçonné de financement illégal de sa campagne en 2015, s'attirant ainsi les foudres du chef de l'Etat.

    ■ Un propriétaire de maisons closes élu après sa mort
    Dennis Hof, un célèbre propriétaire de maisons closes décédé le mois dernier, a été élu mardi lors des élections américaines de mi-mandat à l'assemblée du Nevada, sous l'étiquette républicaine, en raison d'une particularité du code électoral en vigueur. Selon les résultats des élections locales publiés sur le site de la législature du Nevada, Dennis Hof l'a emporté avec 63% des voix face à une candidate démocrate dans la 36e circonscription de l'assemblée de cet Etat de l'ouest du pays, où la prostitution est légale. Dennis Hof est mort le 16 octobre après avoir célébré ses 72 ans lors d'un meeting électoral, en compagnie d'un acteur pornographique à la retraite et d'un célèbre représentant du lobby anti-impôt.
    Connu pour sa personnalité tapageuse, ce supporter de Donald Trump, ancienne vedette de téléréalité, avait ouvert sept maisons closes, des stations essence et des restaurants. Il avait publié ses mémoires, intitulées «The art of the pimp» («l'art du maquereau»), allusion au best-seller de Donald Trump "The art of the deal" («l'art de la négociation»). Dennis Hof avait facilement remporté l'investiture républicaine dans cette circonscription conservatrice et rurale du sud de l'Etat. Le code électoral du Nevada autorisait le maintien de sa candidature post-mortem.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc