Dossier Spécial

Enquête ReKrute.com: Les jeunes déçus par leur premier job

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5350 Le 14/09/2018 | Partager
La majorité démarre avec moins de 6.000 DH, toutes formations confondues
Seuls les ingénieurs décrochent entre 8.000 et 12.000 DH
Hôtellerie, textile et sport, les secteurs les moins rémunérateurs
enquete_rekrute.jpg

Avec des rétributions peu avantageuses et des opportunités de travail rares, 34% des sondés choisissent de travailler dans un autre domaine que celui de leurs études. Malgré cela, les ¾ de ceux ayant changé de trajectoire sont toujours insatisfaits de leur premier package salarial

9 Marocains sur 10 n’arrivent pas à décrocher un emploi. Les deux tiers sont découragés, puisqu’ils ne reçoivent aucune réponse à leurs candidatures! C’est ce qui ressort de la dernière enquête du jobboard ReKrute.com. 17% attribuent leurs déboires à la conjoncture économique morose, et 12% au manque de débouchés de la filière qu’ils ont suivi. Troisième raison, le salaire peu attractif proposé.

En effet, côté rémunération, la majorité des sondées déclare toucher un premier salaire inférieur à 6.000 DH. Les moins bien payés, avec une rétribution inférieure à 4.000 DH, relèvent de l’hôtellerie et restauration (87%), du textile habillement (67%) et du sport et loisirs (60%).

Les informaticiens, qui s’expatrient de plus en plus, ne sont pas vraiment mieux lotis. La moitié démarre avec moins de 6.000 DH. Le quart se situe entre 6.000 et 8.000 DH, et 19% entre 8.000 et 10.000 DH. Seule une petite minorité (4%) arrive à obtenir un premier salaire entre 10.000 et 12.000 DH.

Les financiers, dont la moitié débute sa carrière avec moins de 6.000 DH, comptent aussi une minorité (4%) recevant une première rétribution entre 18.000 et  20.000 DH. C’est le cas également pour les lauréats des sciences humaines et sociales, dont 8% se situent dans la même tranche salariale en début de carrière.

D’autres profils arrivent à se démarquer. Il s’agit de ceux spécialisés en énergie et environnement, dont le quart démarre avec un salaire entre 8.000 et 10.000 DH, et des diplômés en textile, habillement et mode, dont le tiers commence avec 10.000 à 12.000 DH.

Au niveau des formations, les ingénieurs restent les mieux rémunérés pour leur premier job (entre 8.000 et 12.000 DH). Ils sont suivis des doctorants, dont le quart démarre avec le même seuil. Mais ces derniers sont ceux qui arrivent à battre le record des hauts salaires. 7% d’entre eux commencent avec plus de 30.000 DH.

En revanche, plus de la moitié des lauréats des facultés publiques, ou encore des niveaux bac, reçoivent des rétributions de moins de 4.000 DH. Et plus du quart entre 4.000 DH et 6.000 DH. Pour 55% des titulaires d’un master et 36% de ceux diplômés des écoles de commerce, le premier salaire oscille entre 4.000 et 8.000 DH.

Les sondés attribuent une moyenne de 6,2/10 aux opportunités de carrière qu’offre leur filière d’études. D’ailleurs, le tiers a opté pour un domaine différent de celui de leur formation. Ce virage est, selon eux, principalement dû au manque d’offre d’emploi dans leur filière (39%).

Du côté de profils exerçant dans leur domaine d’études, 7 sondés sur 10 avouent ne pas être satisfait de leur première rémunération. Les filières qui connaissent le plus grand taux de reconversion professionnelle sont celle des sciences humaines et sociales (62%), du textile-habillementmode (55%), des sciences (48%),  de l’hôtellerie et restauration (48%) et de l’information-journalisme-communication (47%).

Génie civil, la fonction la plus recherchée

Les spécialités qui ont le vent en poupe en ce moment ne sont pas les plus populaires auprès des étudiants. En effet, celles qui favorisent l’insertion professionnelle sont le génie civil et construction (71%), hôtellerie et restauration (63%), journalisme et communication (58%), industrie et production (56%), et enfin, le commerce et le marketing (54%).

La majorité des profils issus de ces formations arrive à décrocher un job en moins de 3 mois. En revanche, là où l’insertion est la plus lente est du côté des profils «Sports et loisirs». 57% passent au moins 1 an avant de décrocher un job. Ils sont suivis du textile et habillement, et sciences humaines et sociales.

Echantillon

4.312 personnes ont été sondées par le cabinet ReKrute.com. Près de la moitié des enquêtés ont moins de 2 ans d’expérience. 13% justifient de 2 à 4 ans en entreprise, 22% entre 4 à 10 ans, et 17% de plus de 10 ans d’expérience. Parmi les sondés, 19% justifient d’un master, 14% ont un niveau universitaire, 13% sont passés par des écoles d’ingénieurs, 11% ont un BTS/DUT, 6% ont étudié dans une école de commerce, et seuls 2% sont des doctorants. Plus des trois quarts des enquêtés ont effectué leurs études exclusivement au Maroc, 16% sont issus d’écoles et universités étrangères et 7% sont lauréats à la fois d’établissements supérieurs marocains et étrangers. Plus des  ¾ des répondants sont jeunes (moins de 34 ans).

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc