Régions

Marrakech: Les chantiers du nouveau wali

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5339 Le 29/08/2018 | Partager
Relancer l’investissement en baisse depuis 2008 et diversifier l’activité économique
Zone offshore, agropole… redonner vie à des projets au point mort
karim-sassi-lahlou-039.jpg

C’est désormais à Karim Sassi Lahlou (en tenue traditionnelle) d’assumer la fonction de wali de la Région Marrakech/Safi. Il a pris ses fonctions lors d’une cérémonie organisée lundi à Marrakech, en présence du ministre de l’Intérieur, Abdelouahed Laftit (Ph. Mokhtari)

Jamais une nomination ne fut tant attendue. La région de Marrakech est restée près de 9 mois sans wali. L’absence de wali suscitait de folles rumeurs, malgré la désignation d’un responsable par intérim, Mohamed Sabri. C’est Karim Sassi Lahlou qui prend la relève. Le nouveau wali de la région Marrakech/Safi et gouverneur de la préfecture de Marrakech a officiellement pris ses fonctions ce 27 août, lors d’une cérémonie présidée par Abdelouahed Laftit, ministre de l'Intérieur.

Natif de la province de Khmisset, Sassi Lahlou est un ingénieur lauréat de l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et de Microtechniques de Besançon en France. Il a précédemment été gouverneur attaché à l’Administration centrale du ministère de l’Intérieur et gouverneur de la préfecture d’arrondissement de Casablanca-Anfa, puis gouverneur, directeur des Affaires générales.

Le nouveau wali de Marrakech/Safi a surtout  fait ses armes dans le Centre régional d’investissement de  la Région Souss-Massa-Draa. Et c’est sur ce chantier qu’il est attendu à Marrakech, comme l’a bien précisé Laftit. Après des années fastes durant lesquelles l’épopée des investissements (jusqu’à 40 milliards de projets annoncés) s’est  réduite en peau de chagrin.

Bien sûr, la crise économique est passée par là. Mais il y a aussi des chantiers d’infrastructures publics qui n’ont jamais été réalisés, comme le fameux plan de développement touristique régional qui comprenait, entre autres, un parc d’attraction, une cité de cinéma….

Les milieux économiques attendent du nouveau wali et gouverneur de Marrakech un plan d’action pour redynamiser l’économie, faciliter l’investissement et créer un véritable climat d’affaires serein.  «Il s’agit aussi de relancer la confiance rompue, surtout dans les activités industrielles et artisanales», estime Adel Bouhaja, président de l’union locale de la CGEM. 

La région qui s’appuie essentiellement sur le tourisme n’a pas encore réussi à faire décoller une industrie alternative. Sur des chantiers bien précis, les Marrakchis rêvent de la  réactivation des projets restés au point mort, et qui sont censés donner plus de valeur ajoutée à la ville et à la région, à l’instar d’une zone offshore et d’une agropole.

Sassi Lahlou est aussi attendu sur la poursuite du programme de la cité du renouveau, qui nécessite un investissement de 6,2 milliards de DH,  à la fois pour sa mise à niveau et son essor économique. Plusieurs départements ministériels y sont impliqués.

Le wali est, par ailleurs,  attendu sur la répartition des richesses dans la région. En effet, dans le palmarès de la pauvreté, paradoxalement, sur les 400 communes rurales considérées comme étant les plus pauvres au Maroc, la région de Marrakech/Safi en compte une grosse part. Elle a plus que jamais besoin d’un plan de développement régional par secteur.

De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc