Economie

Fitch Ratings tance à nouveau la solidité des banques

Par Franck FAGNON | Edition N°:5331 Le 08/08/2018 | Partager
«L’implémentation de l’IFRS 9 va engendrer une pression supplémentaire sur la capitalisation, déjà faible, des banques»
La première application de la norme a coûté 10 milliards de DH
ifrs_09_031.jpg

Le coût de la première application de l’IFRS 9 varie selon les établissements. La mise en œuvre de l’IFRS 9 est une nouvelle occasion pour Fitch Ratings d’attirer l’attention sur la solidité des banques. L’agence de notation critique depuis des années la faiblesse du capital des banques

L’IFRS 9 qui impose de provisionner tout crédit dès son octroi a coûté 10 milliards de DH de fonds propres aux banques lors de sa première application, selon les premiers consensus. L’impact varie selon les banques et va de 242 millions de DH pour Crédit du Maroc par exemple à plusieurs milliards de DH pour les établissements de plus grande taille.

Les banques ont la possibilité de lisser l’impact sur cinq ans, soit jusqu’en 2022. Au-delà des implications sur la politique de crédit ou encore sur la capacité de distribution des banques, l’implémentation de la nouvelle norme comptable ravive le débat sur la solidité des banques.

L’année dernière, Fitch Ratings avait critiqué les chiffres sur les créances en souffrance, estimant qu’ils ne reflétaient pas la réalité. «Les pratiques locales sous-estiment l’ampleur des mauvaises créances dans les bilans», avaient conclu les analystes de l’agence de notation. Ce commentaire avait été très mal accueilli à la banque centrale dont le travail est indirectement critiqué.

Aujourd’hui, l’agence de notation remet une couche sur la santé des banques. «La première application de la norme IFRS 9 exercera une pression supplémentaire sur leur capitalisation déjà faible», relèvent les analystes. Les commentaires des analystes locaux, eux, sont plus nuancés.

«Les banques sont suffisamment capitalisées et aucune d’entre elles ne sera amenée à effectuer une augmentation de capital suite à la première application de l’IFRS 9», retient un analyste.  Pour Fitch Ratings, Attijariwafa bank et BMCE Bank seraient les plus vulnérables à un choc.

fitch_ratings_2_031.jpg

En cas de choc majeur, le ratio de solvabilité moyen des banques devrait rester au-dessus des exigences minimales à court terme selon les stress tests menés en 2017

«Les deux banques affichent régulièrement des ratios de fonds propres de base légèrement au-dessus des exigences minimales. Leur coussin pour absorber les chocs, même modérés, est limité», estime Fitch Ratings. La méthodologie d’évaluation du capital de base par l’agence de notation diffère de celle de Bank Al-Maghrib. Le Fitch Core Capital (FCC) est la principale mesure d’évaluation de l’adéquation du capital des banques.

Elle se base sur les capitaux propres que les banques déclarent. Les ratios FCC/actifs pondérés pour BMCE Bank et Attijariwafa bank sont quelques points en dessous de la moyenne (12,4% à fin 2017) des sept autres groupes bancaires.

Les calculs de la banque centrale laissent ressortir un ratio moyen de fonds propres de catégorie 1 de 11% en 2017 pour un minimum requis de 9%. Le ratio moyen de solvabilité s’est lui établi à 13,3% contre 12% requis. Par ailleurs, les stress tests menés en 2017 démontrent que le ratio de solvabilité moyen devrait rester au-dessus des exigences, même en cas de choc extrême. Maintenant, les situations peuvent varier d’un établissement à un autre.

Dans tous les cas, Fitch Ratings nourrit à nouveau le débat sur les politiques de provisionnement des banques. L’agence de notation considère que les filiales des groupes bancaires français sont les meilleurs élèves de la place.

De toute façon, la banque centrale va durcir la réglementation sur la classification et le provisionnement des créances. La nouvelle mouture circulaire 19G sera finalisée cette année, mais son application sera décalée, le temps pour les banques de digérer l’IFRS 9, mais aussi de mener une inspection fine de leur portefeuille.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc