×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Paiement instantané: La France franchit le pas

    Par L'Economiste | Edition N°:5303 Le 28/06/2018 | Partager
    Un moyen de paiement qui permet de réaliser des transactions illico presto
    La BCE compte démocratiser cette pratique en lançant son projet Tips en 2017

    10 secondes. C’est la durée d’une transaction en paiement instantané. Ce nouveau service, qui s’insère dans la vague de la digitalisation, fait son apparition dans l’Hexagone. Déjà lancée par le groupe Banque Populaire Caisse d’Epargne (BPCE), l’innovation va s’étendre aux autres établissements bancaires et financiers d’ici novembre prochain.

    Celle-ci se caractérise par deux éléments essentiels: Une instantanéité dans les virements (10 secondes), et une continuité de service 24h/24 et 7j/7. Une limite de 15.000 euros par transaction est tout de même imposée. Notons que le paiement instantané s’effectuera sur mobile. Il sera donc possible d’effectuer un virement en utilisant simplement le numéro de téléphone du bénéficiaire, qui sera directement lié à son compte en banque.

    Objectif: Permettre une plus grande rapidité dans les opérations bancaires, pour se substituer à terme aux espèces et aux chèques. Cette innovation présente cependant quelques risques. Une transaction en paiement instantané est en effet irréversible, ce qui rend la marge d’erreurs assez réduite. De plus, une rapidité accrue entraîne une hausse du risque de fraudes, ce qui nécessite des dispositifs de surveillance plus sophistiqués. 

    La France tarde à emboîter le pas de ses voisins européens. Ainsi, le Royaume-Uni a développé son système «Faster Payments» en 2008. Dès son lancement, le volume des paiements instantanés britanniques s’est accru de 25% par an en moyenne pour atteindre près de 1 virement sur 5. D’autres pays, comme la Suède, le Danemark ou encore les Pays-Bas ont une longueur d’avance sur l’Hexagone dans ce domaine.

    Le réveil français est à mettre au crédit d’une initiative de la Banque Centrale Européenne (BCE). En 2017, l’institution a lancé son projet Tips, qui devrait permettre de démocratiser le paiement instantané sur l’ensemble de  l’Europe.

    A partir de novembre 2018, elle mettra ainsi à la disposition des banques une plateforme de règlement en temps réel nommée Target 2. Objectif: remplacer la vaste majorité de flux de cartes bancaires dominé aujourd’hui par les géants américains Visa et Mastercard.

    Au Maroc, ce nouveau procédé commence à être intégré au circuit bancaire marocain. A ce titre, la Banque populaire vient de lancer sa plateforme de paiement en ligne instantané «PayDirect», qui permet aux opérateurs de régler plus rapidement leurs frais d’opérations import/export. A ce jour, aucune initiative n’a été élaborée pour les particuliers.

    Freins psychologiques

    L’Europe se dirige-t-elle vers l’extinction des modes de paiement traditionnels? Difficile à dire. En plus des nombreux risques inhérents aux paiements instantanés, il existe un certain frein psychologique relatif à son utilisation. Une partie de la population continuera ainsi à préférer les règlements en espèce par exemple. D’autant que si cette innovation ne s’étend pas à l’échelle européenne, voire mondiale, la carte bancaire restera le moyen de paiement de prédilection pour l’e-commerce de par la facilité de transactions en devises étrangères.

    O.K & R.G

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc