×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Impact Journalism Day

    Skate Brothers, l’antidote contre les gangs

    Par L'Economiste | Edition N°:5294 Le 14/06/2018 | Partager
    skate_brothers.jpg
     

    Gendrick Torres, un jeune homme de 19 ans, a délaissé la violence des gangs pour trouver refuge dans le sport, grâce à un club de patinage de Cofradía, un quartier dans le sud de San Pedro Sula, l’une des villes les plus violentes du Honduras. «Je fais toutes sortes de figures à vélo mais je fais aussi du patinage roller. J’ai pris un chemin dangereux pendant six ans. À l’époque, je cherchais une montée d’adrénaline dans la rue et j’ai fini par en trouver une qui ne met pas ma vie en danger», explique-t-il. 
    Comme lui, 70 enfants et adolescents ont rejoint Skate Brothers («La fraternité des patineurs»), un club à but non lucratif où ils peuvent faire du roller, skateboard, BMX, rap, football et de la danse contemporaine. Fondé en 2011 par Jessel Recinos, un Hondurien de 27 ans qui a quitté l’univers des gangs pour le skateboard après avoir survécu à une balle dans le dos, Skate Brothers cherche à endiguer la criminalité, éloignant les jeunes de la violence des rues. «Nous avons empêché beaucoup d’entre eux de tomber dans le vandalisme. Nous sommes l’antidote à ce problème», affirme-t-il. 

    L’initiative a reçu des donations de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), via l’Alliance des jeunes du Honduras. Aujourd’hui, le club des Skate Brothers a ses propres locaux et ne se limite pas qu’au sport. Cette année, 2000 habitants de la région bénéficieront de leur programme médico-nutritionnel. «Nous faisons tout ça par amour», souligne Recinos, précisant avoir besoin de plus d’aide financière pour étendre le programme à d’autres régions rongées par la violence des gangs.   

    Erlin Varela

    elheraldo_ijd.jpg
     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc