Entreprises

Paiement mobile: Crédit Agricole du Maroc se «connecte»

Par Franck FAGNON | Edition N°:5293 Le 13/06/2018 | Partager
Beztam-E permettra les transferts d’argent et quelques opérations de paiement
«Moins de tracas pour les agriculteurs pour percevoir leurs subventions»

L’idée d’une compétition avec les opérateurs téléphoniques notamment a sans doute poussé les banques à accélérer le développement des services de paiement mobile. Une à une, elles déclinent leur solution. Opérationnelle depuis peu, celle de Crédit Agricole du Maroc s’appellera Beztam-E.

Il s’agit d’un porte-monnaie électronique permettant des opérations de transfert d’argent, paiement de factures ou encore auprès des commerçants. L’application est téléchargeable sur les plateformes App Store et Play Store. Beztam-E peut être adossée à un compte bancaire ou une carte prépayée.

Pour Crédit Agricole du Maroc qui est fortement implanté dans le monde rural, cette solution de paiement mobile devrait «faciliter la distribution des aides de l’Etat pour le monde agricole. Elle réduira les déplacements en agence des agriculteurs pour percevoir leurs subventions».

Le développement des services de paiement sur mobile permettra d’accélérer l’inclusion financière d’une partie de la population qui est parfois intimidée par la banque. Le taux d’équipement en smartphone au Maroc se situe aux alentours de 70%, au-dessus de la moyenne mondiale.

En Afrique subsaharienne où le taux de bancarisation reste très faible, le développement de services financiers sur mobile a été un formidable vecteur d’inclusion des populations. Plus globalement, le développement des moyens de paiement alternatifs est aussi bénéfique pour les banques. La manipulation du cash coûte chaque année 7 milliards de DH dont une grande partie est supportée par les banques.

En attendant l’interopérabilité au troisième trimestre, le champ d’action est limité au réseau du groupe Crédit Agricole du Maroc. Les clients ont la possibilité d’effectuer des transferts jusqu’à 30.000 DH. Pour l’instant, l’offre de la banque est gratuite.

«Les commissions de transfert d’argent et des paiements auprès des commerçants seront arrêtées lorsque l’interopérabilité sera effective», relève Abdelmounaim Dinia, directeur général adjoint en charge du Pôle Support au groupe Crédit Agricole du Maroc.

                                               

Un atout, l’instantanéité

abdelmounaim_dinia_093.jpg

- L’Economiste: Quelle est la valeur ajoutée de ce nouveau service?
- Abdelmounaim Dinia:
Le principal apport de ce service est l’instantanéité des transferts et des paiements. Ce n’est pas le cas dans le dispositif de paiement électronique actuel où il faut 24 à 48 h pour que le compte du commerçant soit crédité suite à une transaction. Par ailleurs, les commerçants n’auront pas besoin d’investir dans un terminal de paiement électronique.  

- Les solutions présentées jusqu’ici sont très proches les unes des autres...
- Chaque solution a des innovations différentes. Nous avons beaucoup de fonctionnalités innovantes et inédites, notamment la possibilité de s’authentifier sur l’application par empreinte digitale. Il y a des notifications automatiques dès lors qu’une transaction est initiée. Nous générons aussi un reçu électronique qui pourra être imprimé plus tard.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc