Culture

L’incroyable renaissance des musées du Maroc

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5275 Le 18/05/2018 | Partager
18 mai, Journée internationale des musées
Créée en 2011, la FNM a révolutionné l’approche muséale au Maroc
musees-du-maroc-1-075.jpg

La fondation s’est attelée à faire des musées des espaces publics modernes, accueillants et attractifs. Ici, le Musée archéologique rebaptisé: Musée de l’Histoire et des Civilisations après sa réouverture en 2017 (Ph. FNM)

C’est assurément la plus belle exposition d’art moderne et contemporain jamais réalisée au Maroc! l’exposition-évènement, qui se tient jusqu’au 27 août, issue de la collection du Centre Pompidou à Paris, réalisée spécialement pour le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, est exceptionnelle à plus d’un titre.

«La Méditerranée et l’art moderne» donne à voir quelque 80 peintures, sculptures et photographies, dont certaines jamais exposées. Elle couvre l’ensemble du siècle (1900-1988), et propose au visiteur de reconsidérer l’histoire de l’art du XXe siècle dans son rapport à l’espace et à l’imaginaire méditerranéen.

Georges Braque, André Derain, Albert Marquet, Pierre Bonnard, Henri Matisse, Pablo Picasso, Salvador Dalí, Joan Miró, Antoni Tàpies… jusqu’au Hollandais Kees Van Dongen ou au Russe Vassily Kandisky… tous réunis sous les cimaises du MMVI, une prouesse inimaginable au Maroc il y a quelques années à peine.

musees-du-maroc-2-075.jpg

Le majestueux Musée des confluences Dar El Bacha a été ouvert au public en decembre 2017,  à l’occasion de l’exposition: «Lieux saints partagés», présentée en collaboration avec le Mucem de Marseille (Ph. FNM)

Le musée multiplie, depuis sa création, les expositions phares: César, Modigliani, Picasso… tout autant que les hommages aux artistes marocains (Ahmed Cherkaoui, Faouzi Laatiris…), des évènements que ne dédaigneraient pas le MET à New York ou la Tate Modern à Londres, installant de facto la capitale du Royaume dans le circuit muséal international.

Le tout orchestré de main de maître par Mehdi Qotbi, artiste peintre, influenceur reconnu et lobbyiste redoutable, nommé par le Souverain à la tête de la Fondation nationale des musées.  Si la création de l’institution en 2011 avait créé quelques remous et suscité moult résistances, il est aujourd’hui clairement établi que celle-ci a réussi en moins d’une décennie à révolutionner le concept muséal au Maroc.

musees-du-maroc-4-075.jpg

Dans une scénographie des plus modernes, le Musée de la céramique à Safi donne à voir des trésors archéologiques et patrimoniaux qui couvrent toute la diversité de la création céramique et des techniques employées, de l’antiquité à l’époque contemporaine (Ph. FNM)

Fini les lieux morts et poussiéreux qui habitent encore notre imaginaire, la fondation s’est très vite attelée à mettre en place une nouvelle approche de management culturel moderne, audacieuse,  qui vise à faire des musées des espaces publics modernes, accueillants et attractifs. La fondation s’est vu confier la gestion de 14 musées. Des bâtiments muséaux pour la majorité en décrépitude tout comme les objets de collection intra-muros qu’ils présentaient.

Défaut de conservation préventive, manque de laboratoire de restauration, absence d'un budget conséquent… la fondation a fait de la réhabilitation des musées un des principaux axes de sa stratégie. Ainsi, après la réouverture du Musée de la Kasbah des cultures méditerranéennes de Tanger en 2016 et le Musée de l’Histoire et des Civilisations de Rabat en 2017, le public a découvert, en décembre dernier, le majestueux Musée des confluences Dar El Bacha à l’occasion de l’exposition: «Lieux saints partagés», présentée en collaboration avec le Mucem.

musees-du-maroc-3-075.jpg

Tanger a aussi son musée remis à neuf. La fondation a fait de la réhabilitation des musées un des principaux axes de sa stratégie. Le Musée La Kasbah des cultures méditerranéennes de Tanger a été rouvert en 2016 (Ph. FNM)

À Safi, le Musée national de la céramique a rouvert ses portes dans un nouvel espace attractif et accueillant, qui permet de découvrir des trésors archéologiques et patrimoniaux qui couvrent toute la diversité de la création céramique et des techniques employées, de l’antiquité à l’époque contemporaine.  L’ouverture du Musée national de tissage et de tapis à Marrakech est annoncée. L’institution offrira une belle cartographie du tapis marocain, qui met en avant sa richesse et sa diversité.

Le  Musée Dar Jamai, dont l’ouverture est également imminente, présentera une collection ethnographique diversifiée témoignant de la culture de la région de Meknès.  Le Musée ethnographique de Bab Okla de Tétouan connaît à son tour d’importants travaux de restauration qui feront de lui l’une des institutions culturelles phares de la région du Nord.

De la conception obsolète, qui voulait que les musées soient de simples lieux de conservation, les institutions nationales se sont, donc, donné pour vocation l'animation, l'éducation et la transmission de culture et de savoir. Scénographie moderne, espaces didactiques, ateliers d'animation culturelle, outils de communication ont fait leur entrée dans ce qui était des sanctuaires ou des mausolées, désertés par les Marocains.

Une présence à l’international

Depuis sa création, la fondation a signé plusieurs partenariats avec de prestigieux organismes internationaux. Parmi eux, le Musée du Louvre, le Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem), ou encore l’Institut du Monde Arabe (IMA). Ces partenariats ont permis la mise en place de grandes expositions, comme «Les splendeurs de Volubilis» entre le 12 mars et le 25 août 2014, et en octobre 2014 «Le Maroc aux mille couleurs» à l’IMA, et «Le Maroc médiéval, un empire de l’Afrique à l’Espagne» au Musée du Louvre. Les conventions signées mettent également l’accent sur la restauration des œuvres et la formation continue. Aux États-Unis, des partenariats entre la fondation et les musées Smithsonian, le Guggenheim et le Metropolitan Museum of Art pourraient voir le jour très prochainement, selon Mehdi Qotbi.

Partenariat entre la Douane et la FNM

En commémoration de la Journée internationale des musées, l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et la Fondation nationale des musées signent ce vendredi 18 mai un partenariat pour la sauvegarde du patrimoine culturel national. Les deux partenaires s'engagent à lutter contre le trafic illicite d’objets ayant une valeur artistique, culturelle, historique et patrimoniale, et ce, à travers notamment l’échange d’informations sur les courants de trafic illicite. Le partenariat permettra la mise en place de procédures pour la récupération des objets d’art et du patrimoine volés, rapatriés de l’étranger. Il permettra également l’identification, grâce à l’expertise de la FNM, des biens culturels présentés au dédouanement. Parmi les clauses de la convention figurent également la mise à la disposition de la FNM, aux fins de conservation et d’exposition éventuelle, d’œuvres d’art et objets du patrimoine saisis par la Douane ainsi que la conception d’un programme de formation pour des agents douaniers en vue de leur faciliter la reconnaissance des objets d’art et objets du patrimoine adapté..

Liste des musées pris en charge par la fondation

  • Le Musée archéologique de Tétouan
  • Le Musée ethnographique Bab Okla de Tétouan
  • Le Musée de la Kasbah de Tanger
  • Le Musée national des arts sahariens de Laâyoune
  • Le Musée Batha à Fès
  • Le Musée Dar Jamaï de Meknès
  • Le Musée Borj Belqari de Meknès
  • Le Musée national de la poterie de Safi
  • Le Musée Dar El Bacha de Marrakech
  • Le Musée des Oudayas de Rabat
  • Le Musée archéologique de Rabat
  • Le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain
  • Le Musée ethnographique de Chefchaouen
  • Le Musée Dar Si Saïd de Marrakech.

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc