×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    CGEM- Meknès-Ifrane: El Achab défend son bilan

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5240 Le 29/03/2018 | Partager
    Partenariats, médiation, promotion… les batailles du président de l’Union
    Redynamiser la région, créer une ZI, désenclaver la destination… les attentes

    Renforcer le positionnement de l’activité économique de Meknès. Tel était le mot d’ordre de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) de l’Union régionale de la CGEM Meknès-Ifrane. Tenue le 22 mars, cette assemblée était l’occasion d’approuver les rapports moral et financier de l’exercice 2017, fixer une date pour l’Assemblée générale élective (AGE), et débattre de «l’initiative de mobilisation des investissements pour la ville de Meknès».

    Pour le premier volet, Abdeljabbar El Achab, président de la CGEM Meknès-Ifrane, a dressé un bilan exhaustif des activités de l’antenne patronale. Elu depuis 3 ans, cet ingénieur et opérateur dans le secteur de l’agroalimentaire a fait état d’une activité incessante en matière d’accompagnement et médiation vis-à-vis des entreprises membres, la promotion territoriale, la formation et l’emploi, la promotion à l’international, le chantier de construction du nouveau siège de la CGEM, et l’accompagnement de l’administration.

    «En chiffres, nous avons mené 70 actions de médiation sociale entre entreprises et syndicats, principalement la CDT», indique le président de l’Union. C’est dire que les tensions ouvrières n’épargnent pas les unités de Meknès. En témoigne d’ailleurs l’affaire de l’usine de textile Sicomek qui a fait les choux gras de la presse durant les dernières semaines (cf.notre édition n° 5210 du 15 février dernier).

    «En revanche, Meknès reste une terre attractive à l’investissement et les emplois créés au niveau de l’Agropolis sont légion», tempère El Achab. Seul bémol, selon lui, «cette zone d’activité est dédiée à l’agro-industrie… or, il y a des investisseurs intéressés par d’autres secteurs qui ne trouvent pas le foncier adéquat».

    A cet effet, le responsable de la CGEM Meknès informe du retrait de 8 lots, par le CRI, des mains des spéculateurs. Aussi, il recommande vivement «la création d’une nouvelle zone industrielle, avec l’appui du ministère de l’Industrie». «Il faut que le gouvernement s’intéresse aux villes de Meknès, Fès, Taza, et Jerada, etc, et encourage l’investissement dans ces régions afin de résorber le chômage», martèle El Achab.

    Forte de ses 160 entreprises adhérentes, son union patronale veut constituer un véritable lobbying, et assurer une plus large couverture à Meknès comme dans d’autres provinces de la région. Pour y arriver, El Achab veut recruter davantage d’adhérents et appelle ceux qui le sont déjà à être à jour en termes de cotisations. Car, seules 30 sont à jour au titre de 2018.

    Prioritaire dans son action, le renforcement des partenariats avec les principaux acteurs économiques et administratifs et aussi la collaboration avec les communes urbaines et rurales, en vue d’instaurer une vision claire en faveur des investisseurs. «Le but est d’éviter les incohérences entre les partenaires (CRI, CCIS, Communes…) et assurer l’opérationnalisation et l’implémentation de toutes les stratégies territoriales», explique-t-il.

    Sur un autre registre, la CGEM Meknès a tenu nombre d’événements et rencontres afin de promouvoir l’entrepreneuriat. L’Union a également œuvré pour le renforcement des liens et le rapprochement avec les universités, l’OFPPT et les écoles afin d’adapter les compétences au marché de l’emploi. Signalons enfin que les membres de la CGEM Meknès-Ifrane se sont mis d’accord sur la date du 15 novembre pour la tenue de l’AGE.

    Tourisme aussi

    Pour Abdeljabbar El Achab, «le rôle de la CGEM est aussi d’encourager l’investissement, améliorer la compétitivité des PME, et promouvoir la région». Son ambition est de mobiliser tous les membres des commissions, les chefs d’entreprises adhérentes, et encourager à l’innovation en faveur des jeunes. En matière de «diplomatie économique», l’Union a déjà signé un accord de partenariat avec la CCI de Bordeaux et la Ville de Cenon (France). L’union patronale se veut aussi une force de proposition incontournable, acteurs fondamentaux et interlocuteurs décisifs des pouvoirs publics. Elle a, entre autres, financé un film promotionnel sur la ville de Meknès et s’active pour relancer le tourisme et désenclaver la destination.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc