×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès: Une SDL pour la gestion des parkings

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5230 Le 15/03/2018 | Partager
    74 millions de DH pour un premier parking pilote
    Tripler les recettes de ce secteur… en priorité
    fes-parkings-030.jpg

    C’est un spectacle des plus désolants sur les artères de la prestigieuse avenue des Champs de courses. Chaque jour, des dizaines d’individus prennent place et proposent un service de lavage sur la chaussée… sans que l’autorité n’intervienne (Ph. YSA)

    Pas de sabots, ni horodateurs pour l’instant. Les dépannages font toutefois le grand ménage. A Fès, les éléments de Mohamed Boulahbach, chef de l’état-major du corps urbain, ne chôment jamais. Ils mettent en fourrière quotidiennement plusieurs dizaines de véhicules et motocyclettes. Qu’en sera-t-il après la création de la société de développement local (SDL) en charge des parkings et des aires de stationnement? C’est en tout cas la grande question que se posent nombre d’automobilistes. Surtout que la création de cette société a été annoncée lors de la dernière session du Conseil communal.

    Driss El Azami El Idrissi, le maire de Fès, avait promis dès son élection de ramener les tarifs de stationnement à la normale (2 DH). «Nous avons tenu une réunion avec les gestionnaires de ces parkings. On leur a demandé d’afficher la tarification, instaurer une nouvelle méthode de collecte des recettes, identifier leurs gardiens et les doter d’uniforme», disait-il. Toutefois, ce secteur ramène bon an mal an quelque 5 millions de DH.

    Un montant qui pourrait au moins tripler si ce domaine est géré intelligemment. En ce sens, la future SDL pourrait incarner la smart city dans la gestion de places de parking. Ceci, à travers la création d’un service intelligent 2.0, qui permettra un stationnement plus rapide des automobilistes. Il sera question de développer une application mobile et une interface web dédiée.

    En tout cas, le projet présenté lors de l’assemblée de février dernier ambitionne d’améliorer la qualité de service de stationnement. Ceci, à travers la construction de nouveaux parkings répondant aux standards modernes, de manière à absorber le flux important de véhicules consécutif à l’essor commercial et urbain que connaît la ville. Initiée en partenariat avec le secteur privé, la SDL devrait résoudre les dysfonctionnements liés au stationnement, lesquels constituent un véritable fardeau pour la commune, notamment sur le plan financier, explique-t-on auprès de la commune.

    Et de poursuivre: «La ville de Fès n’est pas couverte entièrement par des parkings, et ceux existants connaissent des dysfonctionnements sur les plans organisationnel et de gestion». Pour y remédier, la commune avait dans un premier temps cadrer les mauvaises pratiques et le désordre qui régnaient à travers la mise en place de plusieurs dispositifs. Désormais, les parkings payants sont aussi reconnaissables aux panneaux indiquant les tarifs (2 DH pour la journée et 5 DH pour la nuit). Aussi, en dehors des aires de stationnement avec des lignes bleues, tous les autres emplacements sont gratuits. Mais ce n’est pas suffisant.

    «Outre l’insolence de certains gardiens, nous faisons face à des individus qui lavent les taxis et véhicules particuliers tout au long du quartier huppé des Champs de courses», dénoncent commerçants et habitants. Pour eux, les autorités doivent lutter contre l’anarchie et les gardiens récalcitrants.

    A Fès, le problème des parkings ne date pas d’aujourd’hui. Il y a quelques années déjà, des lettres de contestation avaient été adressées au Conseil de la ville. Lequel avait promis d’améliorer ce service, en délégant ce secteur à des sociétés privées, afin d’organiser sa gestion et générer des recettes régulières. Pas de crainte, répondent les dirigeants de la commune.

    «La SDL fera de l’ordre et mobilisera un premier investissement de l’ordre de 74 millions de DH pour la création d’un parking à deux niveaux d’une capacité de 500 véhicules, à la place Florence en plein centre-ville», annoncent-ils. «Cette société se chargera également de la gestion du stationnement au niveau des avenues de la ville, la conception et la création de nouveaux parkings et la contribution à l’emploi des jeunes», promettent-ils.

    Un cahier des charges très rigoureux

    Selon le cahier des charges approuvé lors de la dernière session du Conseil de la commune, la SDL des parkings s’engage à développer des aires de stationnement, acquérir et entretenir les équipements utilisés dans ces parkings et garantir la continuité du service en l’adaptant aux mutations technologiques et socioéconomiques. Ce cahier des charges qualifié de rigoureux prévoit également une application pour trouver des parkings et leur capacité de stationnement, téléchargeable sur smartphone. Enfin, sur le plan social, la commune et son partenaire privé s’engageront à donner la priorité aux employés chargés actuellement de l’exploitation des aires de stationnement. Le respect des automobilistes et l’uniforme ne sont pas en reste.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc