×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tanger/Bni Makada: Un 2e centre pour la Fondation Ali Zaoua

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5153 Le 22/11/2017 | Partager
    Baptisé les «Etoiles du détroit», il a ouvert ses portes la semaine dernière
    Objectif, travailler dans l’éducation artistique et culturelle des quartiers défavorisés
    fondation-ali-zaoua-053.gif

    Les «Etoiles du détroit» illumineront le ciel de Bni Makada en apportant un espace d’épanouissement culturel pour les jeunes du quartier (Ph. SA)

    Le ciel de Bni Makada compte depuis peu quelques étoiles en plus. Ce sont les feux lancés par le nouveau centre culturel de la Fondation Ali Zaoua, «Les Etoiles du détroit». Le centre est situé dans un point symbolique, la place Tafilalet d’où partaient les manifestations du 20 février il y a quelques années. Une place qui résume la situation d’un quartier qui s’est toujours senti loin des yeux et du cœur.

    Avec ce centre, la Fondation Ali Zaoua, présidée par le réalisateur Nabil Ayouch et l’artiste peintre Mahi Binebine, entend animer un quartier, l’un des plus peuplés de la ville, et œuvrer pour son éducation artistique et culturelle. L’établissement, dont les installations sont réparties sur plusieurs étages, dispose d’ateliers dédiés aux arts plastiques, au théâtre, à la musique, la danse et le chant. Des ateliers qui ont connu une grande affluence dès les premières heures d’activité du centre, preuve du besoin pour ce type d’installation.

    Le centre de Bni Makada intervient comme une suite logique au centre «Les Etoiles de Sidi Moumen», sis dans le quartier éponyme, lancé en 2014 par la Fondation Ali Zaoua, soit une dizaine d’années après les terribles attentats du 16 mai 2003. Le but est d’offrir aux jeunes du quartier l’opportunité d’apprendre, de découvrir et surtout de s’exprimer grâce à la création artistique et aux expressions culturelles.

    La Fondation a pour missions de promouvoir l’éducation aux arts et à la culture comme outil de développement social  et de favoriser la dynamique culturelle et artistique de proximité dans les quartiers défavorisés des villes du Maroc. Les attentes des centres lancés par la fondation vont au-delà puisqu’ils ont le but de contribuer à la qualification professionnelle des jeunes issus de milieux défavorisés aux métiers des arts et de la culture en plus de veiller à instaurer des espaces de médiation culturelle.
    De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc