×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

L’activité devra augmenter de 7 à 8%

Par Nadia DREF | Edition N°:5114 Le 27/09/2017 | Partager
nadia_laraki_014.jpg

Nadia Laraki, directrice générale de l’ANP (Ph. Khalifa)

- L’Economiste: Comment se porte l’activité portuaire et quelles sont vos prévisions pour 2017?

- Nadia Laraki: Concernant les ports gérés par l’Agence nationale des ports, nous tablons sur les mêmes tendances haussières enregistrées au cours des 7 premiers mois. Les prévisions pour 2017 tournent autour de 7 à 8%. L’année 2016 a été exceptionnelle au niveau du trafic portuaire suite à une année de sécheresse, ce qui a augmenté les importations de céréales. Or, ce n’est pas le cas pour 2017. Le maintien de l’activité est dû à une hausse des exportations des phosphates et des conteneurs domestiques. Nous sommes en train de reprendre nos marques après la crise de 2015.

- Comment améliorer la performance logistique des ports?
- Au Maroc, 95% du commerce extérieur passe par les ports. Nous sommes un maillon fort de cette chaîne logistique globale. Mieux le service rendu sera maîtrisé en termes de qualité et de coût, plus le transit portuaire sera meilleur et répercuté directement sur le coût de la prestation.

- Comment favoriser le développement de la concurrence dans les ports, surtout les petits?
- Nous avons uniquement 13 ports ouverts au commerce extérieur. Chaque port a une spécialité. A chaque occasion que nous avons la possibilité d’introduire un nouvel opérateur, nous n’hésitons pas à le faire. C’est le cas à Casablanca, à Jorf Lasfar, à Agadir. La concurrence est réglementée car l’ANP a déjà fixé les plafonds à ne pas dépasser.

- Comment renforcer les échanges avecs les membres de l’UAPNA?
- Les défis pour nos pays sont multiples. Nous essayons de pousser pour que le volet économique l’emporte sur le volet politique. Nous voulons favoriser l’activation des échanges entre ports et impliquer davantage les opérateurs. J’espère que cela donnera une dynamique à nos ports pour qu’ils soient une référence en matière de technicité, de passage, de normes... Avec TangerMed qui est devenu une plaque tournante en matière de transbordement, nous avons réussi à créer une véritable complémentarité avec les autres ports du Maroc.
 Propos recueillis par Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc