×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La population mondiale en montée exponentielle

    Par Amine SAHRANE | Edition N°:5113 Le 26/09/2017 | Partager
    Actuellement à 7,54 milliards, 11 milliards à la fin du siècle
    Progression «formidable» de la population africaine malgré le VIH
    Les ressources naturelles en chute libre
    population_mondiale_013.jpg

    La population mondiale continue de croître à un rythme effréné

    Les Homos Sapiens n’ont jamais été aussi nombreux. Selon le rapport «Tous les pays du monde», publié mercredi dernier par l’Institut français d’études démographiques (Ined), la population mondiale a été multipliée par sept au cours des deux derniers siècles. De plus, elle devrait continuer de croître jusqu’à atteindre les 11 milliards d’ici la fin du 21e siècle.

    À eux seuls, les Etats-Unis, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Brésil, le Pakistan et le Nigeria totalisent 3,93 milliards d’habitants. Ils constituent la moitié de l’ensemble mondial estimé à 7,54 milliards. La jeune population de l’Afrique connaît aussi un accroissement «formidable». Elle compte aujourd’hui 1,2 milliard d’habitants, devrait atteindre les 2,5 milliards en 2050, et pourrait quadrupler pour toucher les 4,4 milliards en 2100, ceci malgré le sida. Le jeune âge de la population africaine réduit considérablement le nombre de décès dans le continent. Le Burkina Faso est par exemple mieux classé que le Japon selon ce critère car le pays compte 9 décès pour 1.000 habitants en 2017, contre 10 pour le Japon.

    Ce dernier est en effet caractérisé par une population âgée et en retrait. Le constat est tout autre pour la durée de vie. Le Japon a la «durée de vie la plus élevée au monde (84 ans), alors que celle du Burkina Faso se situe presque en fin du classement (60 ans)», précise le rapport. Grâce aux développements qu’ont connus la médecine, la technologie ainsi que les pratiques diplomatiques entre les nations, l’homme a pu rallonger de manière considérable sa durée de vie. Elle a progressé de plus de 20 ans dans le monde au cours des 60 dernières années, indique l’Ined. Cet indicateur «avoisinerait les 89 ans dans les pays développés et les 81 ans dans les pays en développement à la fin du 21e siècle», prévoit l’institution.

    Une évolution qui aurait été la bienvenue si les ressources naturelles étaient gérées de manière rationnelle. Les ressources non renouvelables (arbres, animaux, énergies fossiles, minéraux…) continuent d’être utilisées comme si elles étaient inépuisables. Aujourd’hui, les forêts tropicales ne couvrent plus que 6% de la surface terrestre, alors que cette proportion était de 14%.

    De plus, certains experts estiment que la surface restante sera consumée dans moins de 40 ans. Les forêts tropicales constituent les foyers les plus importants de la production d’oxygène. La situation est on ne peut plus claire. Dans l’optique où rien n’est fait pour contrôler sa consommation, l’humanité se dirige tout droit vert un futur plein de famine, de guerre, voire de destruction.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc