×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Managem accélère ses investissements

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5048 Le 19/06/2017 | Partager
    5,8 milliards de DH d’ici 2019
    Le cuivre et l’or, deux priorités du groupe
    Les actionnaires seront sollicités pour le financement
    mangem_investissemnt_048.jpg

    La remontée des cours depuis le deuxième semestre 2016 a sauvé une année qui avait mal débuté (chute des bénéfices de 63% au 1er semestre). Les cours restent bien orientés depuis le début de l’année. La Banque mondiale prévoit une hausse de 16% du prix des métaux en 2017

    A New York, Londres ou Casablanca, les valeurs minières ont le vent en poupe. BHP Billiton (+21% sur un an), Rio Tinto (+26%), Glencore (+85%) ou encore Managem (+73%) sont salués en Bourse sur fond notamment de remontée des cours des métaux. Après un premier semestre 2016 difficile -chute de 63% des bénéfices-, le groupe marocain a profité du rebond des prix sur la seconde moitié de l’année pour améliorer ses profits de 41% en fin d’exercice.

    Depuis janvier 2017, les cours des principaux métaux vendus par la filiale de la SNI restent sur une trajectoire favorable. La Banque mondiale anticipe une hausse de 16% du prix des métaux en 2017. «La tendance est positive sur les cinq premiers mois de l’année. Nous sommes en ligne avec les objectifs de production et nous anticipons de bons chiffres pour le premier semestre», confie Imad Toumi, président-directeur général de Managem.

    Malgré la remontée des cours, les experts restent toutefois prudents. Il est encore tôt pour parler d’un changement de cycle. Selon les prévisions, le cours de l’or devrait rester à un bon niveau aux alentours de 1.300 dollars l’once. Pour le cuivre, les prévisions oscillent entre 5.500 et 6.000 dollars la tonne.

    Sur les autres métaux, le cours du cobalt flambe (+97% depuis le début de l’année et +150% sur un an), porté entre autres par la demande des fabricants de voitures électriques. Ce métal est essentiel dans la fabrication des batteries lithium-ion. «Nous enregistrons une forte demande, même pour des contrats à long terme», indique Toumi.

    Le contexte redevient un peu plus propice pour la reprise des investissements miniers. Managem va nettement accélérer la cadence sur la période 2017-2019. Il prévoit d’engager 5,8 milliards de DH dont 5 milliards dans de nouveaux projets. Le volume d’investissement va pratiquement doubler par rapport aux trois années précédentes (3,3 milliards de DH).

    La ventilation des investissements par zone géographique est quasi égale entre le Maroc (1,8 milliard de DH) et l’international (2,2 milliard de DH). Le choix du groupe de se focaliser sur l’or et le cuivre oriente aussi les investissements. Au Maroc, 3/4 des investissements seront destinés aux projets de cuivre de Bouskour et Tizert. Le groupe exploite également le cuivre à l’étranger, mais les prochains investissements seront axés sur l’or, principalement dans le projet Tri-K en Guinée.

    managem_invest.jpg

    Managem va quasiment doubler ses investissements d’ici 2019 par rapport aux trois années précédentes. Au Maroc, le groupe va injecter 1,8 milliard de DH principalement dans les projets de cuivre. A l’international, les projets d’or en Guinée et au Soudan monopoliseront les financements de la filiale de la SNI

    Les travaux de construction de la mine devraient démarrer en fin d’année pour une mise en service vers fin 2019. Les investissements prévus sur ce site se chiffrent à 1,4 milliard de DH entre 2017 et 2019. La mine de Tri-K devrait produire environ 3 tonnes d’or par an. Actuellement, le groupe produit 2 tonnes d’or dans la mine Bakoudou au Gabon. La valorisation des projets d’Eteke, toujours au Gabon, et des projets d’or au Soudan permettraient d’atteindre l’objectif de 8 tonnes d’or à l’horizon 2020.

    Pour financer son développement, le groupe va lever 973 millions de DH auprès des actionnaires. SNI qui détient 81% du capital participera à l’opération au moins à hauteur de 670 millions de DH. Les produits de l’augmentation de capital et de la cession de 61% de Lamikal au chinois Wanbao Mining ainsi que les cash-flows sur les trois prochaines années contribueront au financement des investissements.

    Une partie des investissements sera financée par la dette. A fin 2016, l’endettement net du groupe s’élevait à 4,2 milliards de DH, correspondant à un gearing (rapport entre l’endettement financier net et les capitaux propres) de 100%. La dette s’établirait à 4,7 milliards de DH en 2019.

    Le programme d’investissement de Managem sur la période ne devrait pas trop affecter la politique de dividende. «Elle dépendra de plusieurs éléments dont l’évolution des cours sur les trois prochaines années. A priori, il ne devrait pas y avoir de changements», estime Toumi. Managem a distribué en moyenne 84% de son résultat net social sur les trois dernières années.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc