×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Développement durable: La stratégie nationale bientôt en Conseil des ministres

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5038 Le 05/06/2017 | Partager
    Une feuille de route pour accompagner la transition vers l’économie verte
    Objectif: Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 42% à l’horizon 2030
    developpement-durable-038.jpg

    La stratégie nationale de développement durable ambitionne d’intégrer le souci écologique dans les différentes politiques publiques, en vue d’appuyer la transition vers l’économie verte (Ph. L’Economiste)

    Au moment où Donald Trump, président des Etats-Unis annonçait le retrait de son pays de l’Accord de Paris (voir notre analyse page 19), suscitant une indignation mondiale, le Maroc ne lâche rien dans son engagement écologique. Rabat veut «renforcer son exemplarité», dans le domaine de la protection de l’environnement.

    C’est dans ce sens que s’inscrit la mise en place d’une nouvelle stratégie nationale de développement durable. Ce plan d’action à l’horizon 2030 a été présenté, jeudi dernier au Conseil de gouvernement, par Nezha El Ouafi, secrétaire d’Etat en charge de ce secteur. Pour elle, l’objectif est de «concrétiser les engagements internationaux du Maroc», notamment dans le cadre de l’Accord de Paris et des recommandations de la COP22.

    Cette stratégie, qui devra être présentée lors d’un prochain Conseil des ministres en vue de son adoption, se veut une feuille de route pour l’action climatique du Maroc. Cela concerne à la fois les mesures de protection et d’adaptation. D’où «sa dimension horizontale, qui consacre la nécessité du respect de l’environnement et de la biodiversité», selon El Ouafi. Elle s’articule autour d’une série de mesures en vue d’accompagner la transition vers l’économie verte.

    Concrètement, il s’agit d’une feuille de route nationale, définissant les rôles de chacune des parties prenantes et les modalités de coopération entre elles. L’un des principaux objectifs fixés reste la réduction des émissions des gaz à effet de serre de 42% à l’horizon 2030.

    Il faut rappeler qu’il s’agit de l’un des chantiers hérités du gouvernement précédent. Cette stratégie a été dévoilée en juillet 2016, à quelques mois seulement de la fin du mandat de l’équipe de Benkirane. La mise en application était prévue initialement en 2017.

    Globalement, cette stratégie s’articule autour de plusieurs axes, dont l’intégration du souci de développement durable dans les différentes politiques publiques. Saâdeddine El Othmani s’est engagé à appuyer ce processus et à faire le suivi de la mise en œuvre des projets de la stratégie (voir l’édition du 29 mai 2017). Celle-ci veut assurer une économie de 20% des ressources.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc