×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Produits du terroir: 53 labels déjà décernés

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5038 Le 05/06/2017 | Partager
    Près de 50 milliards de DH de chiffre d’affaires attendu
    Objectif: valorisation de la diversité

    Le Maroc mise sur les produits du terroir. En cause, le gisement en termes d’emploi, mais aussi de création de richesses. Un potentiel estimé à 50 milliards de DH de chiffre d’affaires. Depuis l’entrée en vigueur de la loi 25-06 relative aux signes distinctifs d’origine et de qualité, 53 produits ont été labellisés. Ils se déclinent en 43 indications géographiques (IG), 5 appellations d’origine protégée (AOP) et 5 labels agricoles (LA).

    Une appellation d'origine (AO) est la dénomination d'une région ou d'une localité servant à désigner un produit qui en est originaire et dont la qualité ou les caractéristiques sont dues au milieu géographique, comprenant des facteurs naturels et humains. Les facteurs naturels dans la définition de l'AOP désignent à la fois le milieu géographique (climat, pédologie et paysage) et les caractéristiques du produit (chimique et organoleptique ainsi que le potentiel variétal et celui de la récolte).

    Le facteur humain désigne non seulement le savoir-faire détenu par les agriculteurs et les propriétaires des systèmes de transformation, mais également les attentes et les préférences du consommateur vis-à-vis du produit élaboré. La période d'élaboration d'une AOP, qui comprend quatre phases (étude préliminaire, justification du site, élaboration du cahier des charges et demande de l'agrément), peut durer entre 3 et 10 ans.

    «Le label agricole est la reconnaissance qu’un produit qui possède un ensemble de qualités et de caractéristiques spécifiques et de ce fait présente un niveau de qualité élevé, supérieur à celui de produits similaires», explique les responsables du ministère de l’Agriculture.
    Les enjeux de la labellisation sont multiples: elle permet d’abord la valorisation de la diversité la promotion de la qualité des produits du terroir et le développement humain. La labellisation renforce également le développement des zones rurales et les revenus des agriculteurs et autres coopératives. La promotion de ce type d’agriculture en zone rurale permet de préserver la biodiversité et les ressources naturelles. Ce qui assure la pérennité d’un patrimoine gastronomique, artisanal et culturel.

    En termes de business, le label développe des opportunités d’affaires pour les produits du terroir et assure des débouchés à l’export. Ce système donne l’opportunité aux produits labellisés de pénétrer les marchés nationaux et internationaux, en plus de leur assurer une protection contre toute usurpation éventuelle. L’enjeu est d’apporter des garanties aux consommateurs sur la qualité du produit. Sur la cinquantaine de produits référencés, labellisés et donc protégés:

    ■ La clémentine de Berkane

    clementine_berkane_038.jpg

    Un produit très prisé à l’export. Réputée pour ses qualités gustatives, son caractère juteux et sucré, la clémentine de Berkane doit son nom au Révérend Père Clément. Avec un poids entre 64,8 et 85,8 g, le pourcentage de jus dont elle regorge varie entre 40 et 56%. La superficie globale des vergers est estimée à 9.680 ha, essentiellement dans la plaine de Triffas, commune de Boughriba, Schouihya, Zegzel, Aghbal, Laâtamna, Fezouane ou encore Madagh.

    ■ Le safran de Taliouine

    safran_038.jpg

    Le safran est l’un des produits forts de Massa-Drâa, essentiellement dans la région de Taroudant (12 communes) et la province de Ouarzazate (7 communes). La filière safran compte 650 ha avec une production annuelle de 3 tonnes. Il s’agit là d’une culture très ancienne de plus de 5 siècles, qui plus est réputée pour ses propriétés culinaires et médicinales. L’enjeu de cette labellisation étant la valorisation et la protection de ce safran ainsi que la protection d’un patrimoine agricole national. Bien évidemment, cette protection a eu des retombées en termes d’amélioration des revenus des agriculteurs et coopératives ainsi que la sensibilisation des consommateurs sur la qualité de l’origine de ce produit qui est utilisé pour relever les saveurs d’un plat, mais aussi comme infusion. Le safran de Taliouine a aussi des qualités  médicinales et cosmétiques prouvées.

    ■ L’argan
    Argania spinosa, de son nom binominal, l’arganier est une espèce forestière endémique du Maroc. Sa labellisation IGP renforce le positionnement de cette huile sur le marché mondial et luttera contre toute usurpation commerciale éventuelle du produit. De plus, cela permet de garder la valeur ajoutée du produit dans les régions où il est cultivé, au profit de la population locale. L’argan joue un rôle socio-économique très important. Son exploitation permet de lutter contre la désertification et est une source de revenus pour plus de 4.000 familles rurales, 140 coopératives féminines. Reserve de biosphère par excellence, la superficie de forêt d’arganier est estimée à 830.000 ha. Elle s’étend sur plus de 250 communes rurales et urbaines ainsi que 9 provinces.

    ■ L'huile d'olive
    Fruit d'un travail participatif mené par une équipe pluridisciplinaire regroupant chercheurs, agriculteurs, propriétaires de maâsras et développeurs, l'obtention d'une Appellation d'origine protégée (AOP) pour l'huile d'olive de Tyout Chiadma a ouvert la porte à 8 autres. Issue d'unités traditionnelles, l'huile de Tyout Chiadma présente des caractéristiques organoleptiques et chimiques recherchées. La situation géographique particulière du périmètre irrigué de Tyout, près de la localité rurale de Meskala (province d'Essaouira) renferme plus de 12.000 oliviers centenaires (ayant plus de 5 siècles d’âge) sur 100 ha. L’aire géographique couvrant une partie de Chiadma et une partie de Haha produit environ 500 tonnes d’olives, 20 tonnes d’huile de qualité extra vierge d’une teneur moyenne de 18%. Leur exploitation est assurée par plus de 120 oléiculteurs. La labellisation permet de préserver un savoir-faire ancestral et de le distinguer en tant que produit du terroir traditionnel.

    ■ L’agneau Béni Guil

    lagneau_beni_guil_038.jpg

    L’indication géographique protégée a été accordée, il y a quelques années, à la race Beni Guil, une des principales races locales de moutons. Son effectif s’estime à environ 1,2 million de têtes. La race Beni Guil est non prolifique et se caractérise par une faible productivité et une croissance modérée de ses agneaux. Apprécié pour la préparation du méchoui, l’agneau Béni Guil est abattu à un âge variant entre 120 et 180 jours. La réputation et la qualité de viande de l’agneau Béni Guil sont dues à sa bonne capacité de transformation des plantes cellulosiques.

    ■ L'amande de Tafraout
    Connue pour sa richesse en matière grasse, 55% en moyenne, l'amande de Tafraout a des particularités recherchées pour la préparation des gâteaux traditionnels marocains. Sa teneur en tocophérols (vitamine E: 300-500 mg/kg) lui confère des vertus anti-oxydatives. Le label indication géographique protégée vise à adopter des normes de traçabilité et de qualité et structurer la filière dont la production est estimée à 82.262 tonnes. L'aire géographique de l'amande de Tafraout comprend 43 communes qui se répartissent sur trois provinces situées dans l’Anti-Atlas, 15 communes de la province de Tiznit réparties sur 2 cercles, Tafraout et Anzi, 11 communes de la province Chtouka Aït Baha, cercle Aït Baha et 17 communes de la province de Taroudant, cercle Ighrem. Les amandes du Rif et des communes d'Amellago, d’Aknoul et d'Assoul sont IGP.

    Les dattes Majhoul de Tafilalet

    Le Majhoul est l'une des variétés de dattes les plus prisées. Récoltée dans des oasis âgées de plus d'un siècle, cette variété est l'une des plus vieilles espèces fruitières du pays. Indispensables dans les fêtes et réceptions marocaines, les dattes Majhoul de Tafilalet jouissent d’une notoriété internationale. Elles sont  issues de la variété Majhoul Phoenix dactylifera. Les dimensions de ce fruit peuvent atteindre 6,5 cm de longueur, 4 cm de largeur et 30 grammes de poids. La teneur en sucre varie entre 75 et 80g/100 grammes de matières sèches avec une teneur en eau variant de 20 à 30%. Le territoire de production des dattes Majhoul de Tafilalet se situe dans les provinces d'Errachidia (27 communes réparties sur 4 cercles) et Tinghir (3 communes relevant du cercle Alnif). La zone compte environ 110.000 pieds de palmier dattier dont 61.000 productifs. La production moyenne est estimée à 1.850 t/an. Ce label IGP vise à améliorer les revenus et le niveau de vie des agriculteurs, en vue de donner une nouvelle impulsion à la filière dattes. Parlant de filière, plusieurs dattes sont labellisées. Les variétés Aziza Bouzid de Figuig, Boufeggous, Bouittob de Tata, Jihel de Drâa sont labellisées IGP, les dattes Najda (saveur) défendent le label agricole et la variété Outoukdim de Toudgha Tinghir défend le label indication géographique (IG).

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc