×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

Trophées Marocains du monde: Ces modèles de réussite

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5015 Le 03/05/2017 | Partager
Ils donnent une image plus sérieuse du Maroc
Des chercheurs, des entrepreneurs, des politiciens, des artistes et des champions sportifs
15 nominés et 6 trophées décernés pour la 1re édition des TMM

La communauté marocaine à l’étranger est souvent stigmatisée par les partis extrémistes, par les médias la cantonnant dans cette population émigrée non intégrée. Et pourtant, ce n’est pas que cela les Marocains résidents à l’étranger. Ce sont aussi d’imminents scientifiques très reconnus aujourd’hui à l’instar de Rachid Yazami, ingénieur et diplômé de l’Institut national de polytechnique de Grenoble, un des plus prestigieux inventeurs et à qui on doit une invention déterminante dans le développement des batteries de nos téléphones portables.

Il y a aussi les travaux de recherche innovants dans la maladie de Parkinson d’Abdelhamid Benazzouz, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale et neuroscientifique. Ce cher¨cheur a mené avec son équipe des recherches scientifiques et cliniques sur le traitement de la maladie de Parkinson et a développé une nouvelle approche thérapeutique chirurgicale de la maladie grâce à l’implantation d’électrodes dans le noyau sous-thalamique (une petite région du cerveau) d’un patient atteint de la maladie de Parkinson.

Cette opération a été suivie de dizaines d’interventions similaires et constitue une avancée scientifique majeure ayant contribué à alléger de façon spectaculaire les souffrances des personnes atteintes de cette affection. Aux Etats-Unis, Kamal Oudghiri, le premier Marocain à avoir intégré la Nasa, qui a notamment joué un rôle important dans la réussite de la mission «Cassini» à destination de la planète Saturne et dans celle de l'envoi d'autres robots sur la planète Mars, au sujet desquels il a consacré une dizaine d'années d'études. Oudghiri a en quelque sorte ouvert les portes à d’autres marocains comme Said Alaoui, Mostapha Bousmina, la Marrakchie Khouloud Kahime…

C’est à tous ces brillants marocains résidents à l’étranger que des Trophées Marocains du monde (TMM) ont été créés à l’initiative de BM magazine, spécialisée dans les problématiques de l’émigration. Objectif: promouvoir une image positive des Marocains du monde et ce dans 5 catégories: art et culture, recherche scientifique, politique & vie associative, sport, entreprise. 15 nominés aux parcours impressionnants et qui sont des modèles de réussite. Le jury constitué de personnalités du monde de l’immigration et de médias a eu du mal à choisir pour décerner les 6 trophées.

                                                              

■ Des éminents chercheurs

jamal_tazi_015.jpg

Dans le monde des scientifiques, les Marocains qui se distinguent à l’étranger ne manquent pas. Et le jury a eu du mal à départager. C’est Jamal Tazi, professeur des universités, membre de l’Institut universitaire de France et directeur adjoint du pôle Biosanté Restebalais qui a remporté le trophée TMM pour 2017. Spécialiste des mécanismes post-transcrionnels qui régulent l’expression des gènes chez les métazoaires, il dirige un laboratoire coopératif «Abivax therapeutics» d’une vingtaine de chercheurs. Son équipe vient de mettre au point un nouveau médicament pour lutter contre le VIH: la molécule ABX464 qui paralyse le virus présent dans l’organisme de ces patients atteints du sida et ce, même après l’arrêt du traitement.

                                                              

■ Art & culture

kamal_hachkar_015.jpg

Le jury des TMM a décerné le trophée au réalisateur Kamal Hachkar. Ce fils d’immigré a grandi en France et s’intéresse particulièrement aux thématiques des exilés et des déracinés. En 2012, il a réalisé son premier documentaire «Tinghir Jérusalem», qui suit le destin de la communauté juive qui ont quitté le village de Tinghir dans les années 1950/1960. Un documentaire qui lui a valu d’ailleurs plusieurs récompenses. Son 2e film s’intéresse à l’amour dans la culture amazighe.

                                                              

■ De grands chefs d’entreprise

abdesalam_koulouh_015.jpg

C’est Abdesalam Koulouh qui a remporté le trophée des TMM. Cet ingénieur de formation, issu de l’Ecole des Arts et métiers a débuté sa carrière au sein d’Alcatel avant de rejoindre EDF. Il quitte le groupe pour créer ses sociétés dans le domaine de l’énergie (construction de réseaux, bureau d’études, maintenance). Récemment, il a diversifié son groupe dans le secteur industriel par l’acquisition de la Satec. Ses entreprises comptent aujourd’hui plus de 250 salariés en France et en Afrique. Koulouh est aussi investi dans l’associative pour l’insertion des handicapés dans le monde professionnel.

                                                              

■ Des militants engagés

zakia_khattabi_015.jpg

The winner is Zakia Khattabi, présidente du parti d’Ecolo en Belgique depuis 2014. Féministe, militante antiraciste, Zakia s’engage professionnellement dans des voies qui lui ont permis d’allier compréhension de la société et action. Elle consacre la majeure partie de son temps au combat politique. Membre du Parlement de Bruxelles-capitale en 2009, elle intègre la même année le Sénat où elle occupe le poste de vice-présidente de la commission justice et préside à partir de 2012 le groupe Ecolo.

                                                              

■ De grands champions sportifs

rizlen_zouak_015.jpg

C’est un double trophée pour cette catégorie. Le premier a été décerné à Rizlen Zouak, la judoka marocaine qui a représenté le Royaume aux Jeux olympiques de Rio. Installée en France, Zouak a grandi dans une famille de lutteurs. Après des débuts prometteurs en équipe de France, elle remporte à 22 ans la médaille de bronze lors des championnats de France en 2008. La judoka choisit de concourir pour le Maroc et participe aux championnats d’Afrique en 2012 à Agadir et se qualifie ainsi pour les JO de Londres. Elle s’est reconvertie depuis dans les arts martiaux mixtes. Le second trophée a été attribué à Ismail Belgaid en tant que jeune espoir. Jeune judoka franco-marocain révélé très tôt, il a remporté plusieurs titres de championnat en France dans les catégories pupille, benjamins, cadets et juniors. Belgaid a représenté le Maroc en 2016 pour les championnats d’Afrique qu’il a remportés.

                                                              

■ Une révolution pour la maladie de Parkinson

abdelhamid_benazzouz_015.jpg

Abdelhamid Benazzouz est parmi les nominés des trophées des Marocains du monde. Ce neurobiologiste marocain installé à Bordeaux a développé une nouvelle approche thérapeutique chirurgicale de la maladie de Parkinson grâce à l’implantation d’électrodes dans le noyau sous-thalamique (une petite région du cerveau). Une révolution thérapeutique qui permet d’alléger les souffrances et d’améliorer les symptômes chez des patients atteints de cette affection. Ce passionné de l’art et plus particulièrement de la musique avait choisi dès son jeune âge de consacrer sa vie à la recherche scientifique. Après une licence à l’université Abdelmalek Saadi de Tétouan, Abdelhamid Benazzouz a opté pour de prestigieux instituts européens pour se perfectionner dans le domaine de la recherche scientifique et plus précisément les neurosciences.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc