×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Marrakech/Hôtellerie: Beachcomber passe la main à Fairmont

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5001 Le 12/04/2017 | Partager
    Le contrat de gestion prendra effet en mai prochain
    Le groupe mauricien pourrait aussi confier sa partie immobilière à la marque
    marrakech_hotellerie_beachcomber_fairmont_001.jpg

    A travers ce partenariat, le groupe mauricien Beachcomber souhaite positionner le Fairmont Royal Palm Marrakech comme le resort de référence au Maroc (beachcomber-hotels.com)

    Le groupe  New Mauritius Hotels (groupe Beachcomber) se retire de la gestion de son établissement à Marrakech et la confie à  Fairmont Hotels & Resorts (groupe AccorHotels).  L’accord de gestion prendra effet à partir du 1er mai 2017. Une autre convention est en cours entre les deux groupes et qui devrait acter également la gestion de la partie immobilière du Royal Palm par Fairmont. Ouvert en décembre 2013 par le groupe Beachcomber, le Royal Palm a été le premier investissement du groupe hôtelier mauricien de référence hors de ses frontières.

    Traverser les océans et investir pour la première fois en dehors de ses bases a été un défi. L’aventure fut assez mouvementée puisque l’hôtelier mauricien avait conclu sa convention de partenariat avec le gouvernement marocain en septembre 2006 dans le cadre de la Vision 2010. La convention comprenait la mise en œuvre d’un projet touristique golfique haut de gamme à Tamesloht pour 200 millions d’euros d’investissement et une ouverture commerciale pour 2009 avec un palace de luxe, un 18 trous et une première tranche de 151 villas. En cours de route, le mauricien a connu quelques soucis. D’abord, la crise économique qui avait affecté un grand nombre d’investisseurs.

    Ensuite, le désistement de son partenaire local, Robert Azoulay, qui n’avait plus les fonds pour suivre. Malgré ces difficultés, le groupe mauricien a continué à y croire et a su reprendre à son compte et en fonds propres le projet en entier. Aujourd’hui, il passe la main à Fairmont Hotel pour la gestion au moment où les résultats de l’établissement et les taux d’occupation sont suffisamment encourageants, indique le management de Beachcomber. Le groupe mauricien souhaite à travers ce partenariat positionner le Fairmont Royal Palm Marrakech comme le resort de référence au Maroc.

    «Nous sommes confiants que la force commerciale d’AccorHotels et de sa marque Fairmont contribuera à faire du Fairmont Royal Palm Marrakech le premier hôtel du Maroc», souligne Gilbert Espitalier-Noël, CEO de Beachcomber Resorts & Hotels, le plus important groupe hôtelier de l'île Maurice et de la région. Avec le Fairmont Royal Palm Marrakech, l’enseigne canadienne, rachetée en 2015 par le groupe Accor,
    comptera trois hôtels sous son giron. Outre celui de Marrakech, elle devra gérer le Fairmont Marina Rabat Salé en cours de construction sur le site du Bouregreg ainsi qu’un autre établissement au niveau de la station balnéaire de Taghazout Bay.
    De notre correspondante,
    Badra BERRISSOULE

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc