×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Le transport urbain en panne de stratégie

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4951 Le 01/02/2017 | Partager
    Rabat s’attaque à l’organisation de son système et lance une étude du PDU
    La nouvelle stratégie devrait favoriser l’intermodalité tram, bus, taxis et train
    Le tramway confirme sa force avec un transport de masse de 120.000 voyageurs/j
    transport_rabar_051.jpg

    Selon les données d’une étude initiée par l’Agence urbaine de Rabat en 2009, les projets de développement des transports en commun devraient être pensés en cohérence avec le développement urbain, les pôles d’emploi et les nouvelles zones urbaines

    Le transport urbain demeure l’un des problèmes les plus épineux qui se posent au niveau de toutes les grandes villes du Royaume, et principalement pour la population de l’agglomération Rabat-Salé-Témara. Une situation due à l’absence d’une stratégie cohérente, et qui met en échec toutes les réformes lancées en matière de gestion déléguée des bus. Actuellement, il s’agit d’un système à deux vitesses sans aucune articulation. Le premier concerne le réseau du tramway qui a confirmé son efficacité comme mode de transport de masse avec près de 120.000 voyageurs par jour. Ce secteur se distingue par une gestion moderne selon les standards internationaux, ce qui a permis d’assurer un service de qualité au profit des usagers avec une tarification pour le moment raisonnable.

    Par contre, le réseau des bus géré par la société Stareo s’enfonce, depuis des années, dans une crise profonde avec une qualité de service qui se détériore de jour en jour. Ce qui va permettre de contribuer au développement d’une manière spectaculaire du transport informel au niveau de l’agglomération de Rabat. Conscients de cette situation critique qui porte atteinte à l’image de la capitale du Royaume, les responsables locaux avec le ministère de l’Intérieur affichent leur engagement pour redresser la situation à travers le lancement de centaines de mesures. «Il est inconcevable qu’une agglomération comme Rabat avec plus de 2 millions d’habitants ne soit pas dotée d’un Plan de déplacement urbain (PDU)», regrette Jamaa El Moatassim, maire de Salé et président du groupement intercommunal Al Assima qui supervise, entre autres, la gestion du secteur du transport urbain au niveau de l’agglomération.

    Il rappelle que ce document est nécessaire pour toute planification et toute vision permettant le développement d’un système de transport urbain avec une complémentarité optimale entre les différents modes de transport. Pour commencer, le groupement a décidé la réalisation de l’étude du PDU de l’agglomération de Rabat-Salé-Témara avec l’assistance technique de la STRS (Société du tramway de Rabat-Salé). Une convention dans ce sens a été signée dernièrement entre les deux parties. Un appel d’offres sera lancé prochainement pour la réalisation de cette étude. Celle-ci prévoit au préalable la réalisation d’un diagnostic pour  permettre notamment l’élaboration du PDU et l’organisation des transports de personnes et de marchandises ainsi que la maîtrise de la circulation automobile et du stationnement. La convention signée prévoit également l’élaboration d’un plan d’action.

    transport_urbain_rabat_051.jpg

    Après l’adoption de l’extension de la lige 2 du réseau du tramway de Rabat-Salé sur 7 km, l’agence du Bourgerg affiche son ambition pour la réalisation d’une une seconde extension sur 16 km touchant les deux lignes du réseau. Ce qui va permettre de desservir des bassins fortement peuplés en l’occurrence les quartiers de Hay Riyad à Rabat et ceux de Sala Al Jadida 

    L’étude du PDU va aussi permettre le développement d’un système d’information sur les déplacements au niveau de l’agglomération. La réalisation de tout ce travail va nécessiter une durée de près de 20 mois. Mais en attendant, le groupement vient de prendre une série de mesures pour améliorer les systèmes de transport collectif au niveau de l’agglomération. Une autre convention a été adoptée dernièrement par le groupement Al Assima portant sur l’extension du réseau du tramway Rabat-Salé de 7 km. Ce qui va permettre de prolonger sa ligne 2  de 4,6 km au niveau de Salé et 2,4 au niveau de Rabat pour desservir les quartiers de Yakoub Al Mansour pour un coût total de près 1,7 milliard de DH.

    Le groupement Al Assima s’engage à contribuer au financement de cette extension par 180 millions de DH. Le reste sera mobilisé par l’Agence du Bouregreg (100 millions de DH), le Fonds d’accompagnement des réformes du transport routier urbain et interurbain (592 millions de DH), et des prêts concessionnaires auprès du BEI et l’Agence française du développement. Selon Essakl Lemghari, DG de l’Agence  du Bouregreg,  les travaux préparatoires et de déviation des réseaux (eau, électricité et télécoms) devraient être entamés avant mars prochain. Ce qui va permettre  de débuter le chantier de la plateforme l’été de cette année.

    D’autres priorités aussi

    LE fonctionnement du réseau du tramway dans sa situation actuelle a atteint son niveau de maturité avec près de 120.000 voyageurs par jour. Avec l’extension de 7 km, on peut atteindre un trafic journalier d’environ 160.000 voyageurs par jour. Mais le management de l’Agence du Bouregreg affiche des ambitions pour une autre extension de 16 km pour répondre aux besoins prioritaires  de deux bassins à forte demande en transport urbain. Il s’agit des quartiers de Hay Riyad à Rabat et de Sala Al Jadida, explique le DG de l’Agence du Bouregreg. Ce dernier tient à signaler que la STRS prévoit de lancer en 2017 l’appel d’offres pour le choix d’un nouvel exploitant du réseau, car le contrat actuel avec Transdev devrait arriver à terme vers fin 2018, selon une source proche du dossier.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc