×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L’attractivité de l’économie marocaine s’améliore

    Par Soufiane NAKRI | Edition N°:4950 Le 31/01/2017 | Partager
    En 2016, son indice était en hausse de 2 points selon le CMC
    Craintes sur la corruption, la pression fiscale et les procédures administratives
    economie_attractivite_050.jpg

    La perception des opérateurs économiques sur l’attractivité de l’économie marocaine est en train de changer.  Selon la deuxième enquête du Centre marocain de conjoncture (CMC), en 2016, l’indice de l’attractivité s’est établi à 49,1% contre 46,9% l’an dernier. Les résultats de l’enquête indiquent que 6 facteurs d’attractivité sur quinze (voir tableau) ont obtenu des notes supérieures à 5 points.

    La qualité des infrastructures reste le premier facteur déterminant qui influence la perception des opérateurs. Cinq d’entre eux sur dix jugent ce facteur comme favorable. De même, pour la qualité des institutions et le coût des facteurs de production, 53,6% des dirigeants sondés se disent satisfaits. S’y ajoutent les fondamentaux de l’économie dont la perception de la moitié des opérateurs reste positive.

    En revanche, malgré une légère amélioration, le niveau d’attractivité de l’économie demeure inférieur à la moyenne. Cette faiblesse est due principalement  au niveau de la prévalence de la corruption, à la qualité de la justice et au niveau de la transparence des procédures administratives. Sur ce dernier, un opérateur sur dix est satisfait de la lisibilité des démarches. Pour le délai d’octroi des autorisations d’investissement et l’accès au financement bancaire, seulement trois opérateurs sur dix sont satisfaits. Quant à la pression fiscale et les charges sociales appliquées aux entreprises, 29,3% des dirigeants jugent ce facteur comme favorable.

    Fiche technique

    L’enquête du CMC a été réalisée auprès d’un échantillon de 200 opérateurs économiques (des associations professionnelles, des fédérations, et des entreprises privées émanant de tous secteurs confondus). Le CMC a choisi une liste de 15 facteurs considérés comme les plus influents (voir tableau). Le but de cette enquête est de mesurer l’évolution de l’attractivité du Maroc, à travers un indice stable.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc