×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Tribune

    Singapour, une ville pays, un asset: son capital humain

    Par Zakaria FAHIM | Edition N°:4947 Le 26/01/2017 | Partager

    Zakaria Fahim est président du Hub Africa, la plateforme des investisseurs et des entrepreneurs en Afrique. Il est également Managing Partner BDO (Ph. ZF)

    Il m’a fallu deux pèlerinages à la ville pays qu'est Singapour pour que je puisse m’autoriser à me lancer dans un bilan d’étonnement pour confirmer un adage que je me suis approprié: «Small is more than beautiful».
    L’ADN du pays est d’abord économique porté par une force de travail incroyable des pères fondateurs, ces Chinois qui ont fui le communisme pour s’installer dans cette île.
    C’était l’arrière-pays pauvre de la Malaisie, une île «maudite», des marécages, sans eau, un no man’s land abandonné à cette minorité qui a su en faire une marque de classe World Wide.
    Le secret: une volonté forte d’émancipation, d’être maître de son destin et un chef charismatique visionnaire et autoritaire qui a gouverné pendant plus de 31 ans.

    «90% de travail extraordinaire et 10% de talent ordinaire»

    Singapour, un Etat porté par une majorité chinoise dans une zone à dominante musulmane, se devait de trouver sa spécificité et de viser l’excellence pour sortir de terre et exister en tant qu’acteur majeur de la région malgré sa taille naine.
    C’est un peu le village des Gaulois dans Astérix et Obélix.
    Singapour a compris dès le début que le plus grand, le plus pérenne des capitaux pour une ville pays, c’est sa ressource renouvelable, son capital humain.
    Le point clé pour un petit pays est la maîtrise des langues étrangères, avec l’introduction d’une 3e langue dès 9 ans et un niveau global de l’éducation de la classe, confirmé par la première place au classement PISA 2015. Les premiers Singapouriens ont injecté leur épargne dans l’économie et surtout ils y ont mis tout leur talent et beaucoup d’abnégation et du travail.
    En effet, le secret de la réussite collective, c’est d’abord le «Je» pour donner du contenu au «Nous».
    Le Singapourien a répondu comme ce grand champion, lorsque lui a été posée la question classique: «Quel est le secret de votre réussite».
    Et sa réponse a été lumineuse: «90% de travail extraordinaire et 10% de talent ordinaire».
    Actuellement, Singapour investit près de 100 milliards de dollars en 10 ans et dépense aussi 45 milliards sur la même période dans les services liés.
    Le résultat est plus qu’éloquent, Singapour compte plus de 50.000 compagnies et se positionne pour les multinationales anglaises et américaines comme le siège régional pour leur business.
    Cette cité-Etat a, avant tout le monde, créé de la différence en développant des écosystèmes.   
    EDB Singapore, notre AMDI-Maroc Export consolidés, a été créée en 1966. Elle s’engage sur la main-d’œuvre à mettre à disposition au démarrage de l’entreprise. Sa marque de fabrique, l’écoute constante du marché et du client.
    Sur le socle même de leur développement: l’Education, j’ai constaté l'effarement de nos partenaires lorsque pour préparer leur réunion avec nous, ils ont découvert que le taux de chômage des jeunes était très élevé (plus de 21,5% pour la tranche située entre 15 et 24 ans), alors que le leur est tout simplement «négatif»!
    Ils ont compris à l’instar de grands pays comme l’Allemagne que le capital clé, c’est sans conteste l’Education, l’Education et encore l’Education.
    Selon nos chiffres officiels, près de 83% de nos enfants sont à l’école publique, tous niveaux confondus.
    Pour sortir des discussions de salon, nous devons remettre l’Humain au centre dans l’Ecole. Ainsi, trois axes sont à mettre en place de façon concomitante:
    1- L’élite et les grands groupes doivent parrainer un ou plusieurs enfants;
    2- Former des formateurs innovants avec à la clé une revalorisation des salaires pour ceux qui entrent dans cette dynamique de formation continue;
    3- Mettre en place un fonds alimenté par les parrains pour fêter les meilleurs professeurs, notés par les élèves, monter des projets d’école.
    Nous devons sortir du cadre et considérer que la remise sur les rails de l’école publique est une affaire de chacun d’entre nous et non pas un sujet sur la table de politiques.

    Savant cocktail business et loisirs

    Une autre grande réussite de Singapour, le tourisme. C’est un savant cocktail business et loisirs. Casablanca pourrait en prendre de la graine.
    Singapour compte 13 millions de touristes par an avec un taux de remplissage des hôtels de 86%, qui dit mieux!!!
    La prouesse faite lors de la COP22 à Marrakech a montré notre capacité à gérer des évènements de classe mondiale. Tout le génie est de savoir mettre tous les acteurs publics, privés sur la même partition pour gagner en visibilité et confirmer notre capacité à animer de la transversalité propre aux grand-messes.
    Leur positionnement de hub régional n’est plus à démontrer.
    Cet objectif est atteint en s’appuyant sur des leviers simples:
    - s’entourer du conseil des meilleurs (experts et/ou institutions ou pays),
    - renforcer la culture du travail bien fait, plus précisément l’excellence
    - promouvoir un patriotisme pragmatique et non pas un nationalisme sectaire.
    Cette puissance est aussi puisée dans le vivier de la diaspora qui sert de passeurs et de relais pour promouvoir la marque Singapour.
    Ils ont eu l’intelligence d’être les premiers à voir une fenêtre de tir pour créer un hub financier (4e rang mondial avec plus de 1.000 institutions financières et une économie très diversifiée) pour servir la région. En effet, par le jeu du décalage de 8 heures, il n’y avait pas de business  entre les grandes capitales financières: New York, Londres et Tokyo. Ils ont pris en charge ce créneau et sont devenus l’acteur financier majeur que l’on connaît actuellement.
    Ils peuvent être aussi une source d’inspiration pour notre diplomatie économique. De façon relativement discrète, ils ont monté en 1994 sur 70 hectares une joint-venture avec la Chine Suzhov le plus grand parc industriel. Un mini-Singapour qui compte 800.000 habitants et plus de 4.000 entreprises, majoritairement étrangères.
    Nous pouvons égrener jusqu’au bout de la nuit toutes ces réalisations que l’on peut s’approprier pour gagner notre challenge d'être The hub Africa, en commençant d’abord par l’éducation.

    Données clés

    singapour_047.jpg

    Colonie anglaise via India Cie, indépendante après la Malaisie en 1965

    Un port de 26 mètres de profondeur

    Une superficie de 700 km, juste 2 fois Casablanca

    PIB: 79.000 dollars par habitant

    Premier sur le podium au classement PISA en 2015

    3e raffineur mondial du kérosène (alors que Singapour n’a pas de pétrole)

    Numéro 1 dans le classement Doing business de la Banque mondiale depuis 9 ans

    10e réserve mondiale en devises avec 200 milliards de dollars

    6 fonds de pension

    100 milliards de dollars d’investissements directs étrangers sur 10 ans

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc