×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Donald Trump ne perd pas de temps

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4946 Le 25/01/2017 | Partager
    Il relance deux projets d'oléoducs controversés
    La Chine prête à accélérer la mise sur pied d'autres zones de libre-échange
    donald_trump_046.jpg

    Trump a signé deux décrets relançant la construction de deux oléoducs controversés. D’autres textes concernent le gel des embauches de fonctionnaires au niveau fédéral, qui ne s'applique cependant pas au personnel militaire et l'interdiction du financement par des fonds fédéraux d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement (Ph. AFP)

    Pas de répit. Le président américain Donald Trump a signé, hier mardi, deux décrets relançant la construction de deux oléoducs controversés. Il s’agit de Keystone XL reliant le Canada aux Etats-Unis, et celui de la compagnie Energy Transfer Partners dans le Dakota du Nord. Ces décrets visent en particulier à «renégocier les termes» de ces deux projets, a déclaré Donald Trump lors de leur signature dans le Bureau ovale.

    Leur construction avait été bloquée par l'administration Obama au nom de la lutte contre le changement climatique. Trump continue à traduire certaines de ses promesses de campagne sur le papier. Il a commencé sa journée en recevant les dirigeants des grands groupes automobiles américains, à qui il a promis d'assouplir les réglementations pour éviter les délocalisations d'usines.

    Au lendemain de l'annonce du retrait de l'accord de libre-échange Asie-Pacifique (TPP), la Chine s'est dite prête à accélérer la mise sur pied de zones de libre-échange alternatives. «Nous nous engageons toujours à promouvoir l'intégration économique en Asie-Pacifique et à accélérer les négociations sur le Partenariat économique intégral régional et sur l'établissement du projet de Zone de libre-échange transpacifique», a indiqué Hua Chunying, porte-parole de la diplomatie chinoise, en référence à deux projets lancés par Pékin.

    Les Etats-Unis haussent le ton avec la Chine. Mais Pékin est «résolu à défendre ses droits» en mer de Chine méridionale, a fait savoir le ministère des Affaires étrangères. Ceci au lendemain de la mise en garde adressée par la nouvelle administration américaine au sujet de cette zone hautement stratégique.

    De son côté, le secrétaire américain à la Défense James Mattis a assuré ses alliés de l'Otan de l'engagement de Washington envers l'alliance militaire pourtant qualifiée d'«obsolète» par le nouveau président Donald Trump. A son premier jour en fonctions, le chef du Pentagone a eu des entretiens téléphoniques avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg ainsi qu'avec ses homologues britannique et canadien. La Première ministre britannique Theresa May sera ce vendredi le premier dirigeant étranger à rencontrer Donald Trump, une semaine jour pour jour après l'investiture de ce dernier.

    Le président de la Chambre des représentants américaine, Paul Ryan, a annoncé avoir invité Trump à s'exprimer devant le Congrès le 28 février. Ce discours de début d'année pourrait prendre les allures d'un discours sur l'état de l'Union. L’allocution solennelle prononcée chaque année par les présidents américains au Congrès et servant à décliner les priorités de l'administration. Pour la première fois depuis 2006, le parti républicain contrôle à la fois les deux chambres du Congrès et la Maison-Blanche, ouvrant la voie à de nombreuses réformes conservatrices dans les domaines des impôts, de la santé et d'autres.

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc