×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Match décisif pour le Gabon

    Par Reda BENOMAR | Edition N°:4941 Le 18/01/2017 | Partager
    Le pays hôte rempile pour son deuxième match dans un groupe A à «égalité»
    Hervé Renard déjà dans la tourmente

    Ce soir le pays hôte, le Gabon, disputera son deuxième match face au Burkina Faso alors que les lions indomptables affronteront l’outsider de la compétition, la Guinée Bissau. Le groupe n’ayant connu que des matchs nuls, toutes les équipes n’ont glané qu’un seul point. Les Marocains, eux, sont toujours groggys deux jours après la défaite sur le plus petit des scores de leur onze national. La première de l’histoire contre la RDC, en six confrontations. Le Maroc doit obligatoirement gagner ses deux prochains matchs, contre le Togo et la Côte d’Ivoire, s’il veut espérer rester dans la compétition. Dominateurs contre la RDC, les hommes de Hervé Renard ont péché dans la finition, bien qu’ils semblaient meilleurs tactiquement. Après avoir vu le bois repousser la tête de Boussoufa, les Lions de l’Atlas n’ont jamais réussi à concrétiser leur supériorité naturelle. Pire, ils ont assisté, médusés, au seul but du match inscrit par l’adversaire sur l’une de leurs rares offensives, quand ils ne faisaient pas de l’anti-jeu. Les Léopards, qui ont bien joué le coup, prennent donc la tête de la poule au détriment du Maroc, qui peut s’en vouloir. Comme le dit le vieil adage: dominer n’est pas gagner! En général, quand on touche la transversale dès la deuxième minute alors qu’on est considéré favori, il y a deux manières de voir les choses: soit on considère que la domination va être totale, soit on estime que cette barre est synonyme d’un manque de réussite qui va nous hanter durant 90 minutes.  Après l’ouverture du score, les Lions de l’Atlas ont poussé pour revenir. Mais ils ont été soit maladroits, à l’image d’En-Nesyri qui a vu sa frappe passer largement au-dessus alors qu’il était seul mais excentré dans la surface (70e), soit tombés sur un Matampi attentif comme sur la tête d’El Arabi à bout portant (86e).

    Total sponsor du foot africain pour 8 ans

    Total devient sponsor officiel du football africain pour les 8 prochaines années. En signant un partenariat avec la Confédération africaine de football (CAF), le groupe sera le partenaire principal  de 10 compétitions (3 interclubs et 7 nationales). Cette association a débuté ce mois avec la «Coupe d’Afrique des Nations Total», organisée au Gabon. Jean-Louis Bonenfant, directeur général de Total Maroc, se dit très heureux de devenir partenaire de la CAF car l’Afrique fait partie intégrante de l’ADN de l’entreprise.

    Habitué au succès en Coupe d’Afrique des nations, Renard connaît les secrets de la compétition. «Je pense qu’on est bien entré dans ce match, avec une première mi-temps aboutie. On a eu des opportunités dans le match, mais on n’a pas été efficace dans la zone de vérité. On concède un but sur l’une des seules occasions de la RDC», confie-t-il, l’air désolé. 

    belloumi_4941.jpg
     

    Lakhdar Belloumi L’inventeur de la passe à l’aveugle

    Certes son palmarès n’est pas des plus reluisants. Deux championnats d’Algérie, une finale de coupe d’Afrique des nations, deux mondiaux achevés prématurément en phases de poule, un Ballon d’or africain en 1981 et puis... c’est tout. Reste que ce CV ne reflète pas, mais alors pas du tout son talent. Déjà, le football lui doit l’invention de la passe à l’aveugle, ce qui en dit long sur la créativité et la technique du Monsieur. Car Lakhdar Belloumi représentait une certaine idée de la grâce ballon au pied. Plus technique que buteur, le meneur de jeu enchantait les foules par ses gestes aussi fluides qu’esthétiques. Ne restait alors plus qu’à contempler. Magicien de la sélection algérienne, qu’il fréquenta dix ans durant et dont il est le recordman de sélections (100 capes selon la FIFA, 150 pour d’autres sources), Belloumi passa l’intégralité de sa carrière au pays, dont douze saisons au sein de Mascara, sa ville natale. Ce qui donne une idée de son amour pour sa nation.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc