×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    De bonnes sources

    De Bonnes Sources

    Par L'Economiste | Edition N°:4940 Le 17/01/2017 | Partager

    • Spoliation foncière: Lettre royale pour réveiller la justice
    Le Souverain a donné ses directives au ministère de la Justice et des Libertés pour prendre sérieusement en main les dossiers de spoliation foncière. Datée de fin décembre 2016, une lettre royale a été adressée depuis Marrakech au ministre Mustapha Ramid. C'est la première fois que le Roi évoque officiellement «l'existence d'un grave phénomène» au sujet de la spoliation. Son cabinet «a reçu de nombreuses plaintes» et «la presse fait état» de plusieurs affaires. Constat qui a poussé le palais à donner ses ordres pour «faire face avec rigueur» aux spoliateurs. D'où la réunion du 16 janvier à Rabat entre le ministre de la Justice, la Cour de cassation et les professions judiciaires. Ce n'est pas la première du genre puisque mi-décembre 2015, une rencontre à huis clos avait débouché sur plusieurs propositions qui n'ont pas totalement abouti à des mesures concrètes. Le Roi exige cette fois-ci la création d'une commission spéciale anti-spoliation. F.F.

    • Spoliation foncière : 37 affaires en justice
    Selon le ministère de la Justice et des Libertés, 37 affaires de spoliation foncière sont devant la justice. À moins qu’il ait commis une erreur, le comptage effectué par L’Economiste sur la base des données officielles révèle l’existence de 50 dossiers au total., dont un peu plus d’une vingtaine en cours de traitement dans les Cours d’appel de Casablanca, Tanger, Kénitra, Beni Mellal et Safi. La capitale économique arrive en tête. Il y a par ailleurs 4 autres cas de spoliation en cours d’instruction et 16 autres devant les chambres criminelles. La Cour de cassation, qui est la plus haute instance judiciaire, vient de recevoir 5 dossiers. À noter que les spoliateurs utilisent de faux documents comme les procurations et actes de vente pour commettre leur forfait. F.F.

    • Vignette: AWB offre une voiture
    Attijariwafa bank rend un peu plus intéressant le paiement de la vignette sur son réseau. Le groupe met en jeu une voiture à gagner pour tout paiement en ligne, ou via les GAB d'Attijariwafa bank et Wafacash, jusqu’au 31 janvier 2017. Un tiers des paiements de la vignette ont, pour rappel, été effectués l’année dernière sur le réseau AWB pour le compte de la DGI. E.M.G.

    • Opération zéro mika:  2,76 millions de DH d'amendes 
    Les contrôles de la fabrication et de l'utilisation des sacs en plastique se sont traduits par l'instruction judiciaire de 139 infractions et 2,76 millions de DH d'amendes. H.E

    • Un potentiel de 9 milliards de sacs en papier par an
    après l'interdiction des sacs en plastique, les unités industrielles se sont orientées vers d'autres alternatives telles que le papier. Actuellement la capacité de production s'élève à 4,6 milliards de sacs, mais les besoins se montent à 49 milliards par an. H.E

    • 16 usines se reconvertissent
    72 unités industrielles ont répondu à l'appel à manifestation d'intérêt de mai 2016. 16 d'entre elles, représentant un chiffre d'affaires global de 927 millions de DH, ont déposé un dossier pour bénéficier du programme d'accompagnement du gouvernement. Au total, elles se sont engagées à investir 102 millions de DH dont 51 millions de DH provenant du fonds d'appui du ministère de l'Industrie, doté de 200 millions de  DH. H.E

    • Les sacs de congélation introuvables
    Les sacs en plastique sont interdits mais les sacs poubelle et de congélation, sont toujours autorisés. Sauf que les sacs de congélation ont disparu des rayons de la grande distribution.  K.M.

    • Japon: Gros prêt au Maroc pour un navire océanographique
    Le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaid, a signé lundi avec le président de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), Shinichi Kitaoka, un accord de prêt d’un montant de 467 millions de DH. L’enveloppe permettra de construire un navire océanographique de recherche halieutique. L’objectif de ce projet est de contribuer au renforcement de la recherche scientifique et de la gestion des ressources halieutiques au Maroc ainsi qu’au développement durable de l’industrie des pêches. E.M.G.

    • Le commerce en grève à Agadir 
    Une grève sera observée ces mardi et mercredi 17 et 18 janvier par les commerçants de Souk Al Had, les bazaristes et les restaurateurs opérant dans la zone touristique à Agadir. Ils protestent contre la taxe municipale et le nouveau cahier des charges instaurés par le Conseil municipal d’Agadir lors de sa session extraordinaire de novembre dernier. Les grévistes, qui n’arrivent plus à honorer leurs charges, se plaignent de la baisse des recettes. Et de l’impossibilité pour eux de subir de nouvelles contraintes issues de décisions prises de manière unilatérale, précisent-ils. F.N

    • Casa-Tram: La maintenance certifiée
    Casa-Tram, filiale de la RATP qui exploite la 1re ligne du tramway à Casablanca,  a obtenu la certification ISO 9001, version 2015 pour son activité maintenance. C’est le bureau Veritas qui a mené cette opération. Il s’agit de la 1re certification (version 2015) dans le secteur du transport public au Maroc. A.E.

    • Retards: L’ONCF s’explique
    La perturbation du trafic des trains entre Casablanca et Kénitra est due à «un acte de malveillance» affirme l’Office national des chemins de fer (ONCF). La circulation ferroviaire, déjà perturbée par les essais de la LGV (cf. L’Economiste du 6 janvier 2017), a connu des retards supplémentaires après que le train de 7h00 reliant Kénitra à Casablanca s’est vu obligé d’arrêter entre les gares de Témara et Rabat Agdal. Selon l’ONCF, cet arrêt a été causé par le cisaillement de la ligne d’alimentation électrique. L’Office en profite pour dénoncer ces «actes irresponsables perpétrés contre les biens publics» tout en présentant ses excuses aux voyageurs pour «les désagréments subis». Z.L.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc