×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca : La mairie coupe dans les salaires

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4940 Le 17/01/2017 | Partager
    Une mesure qui vise à rationaliser les dépenses
    Les syndicats montent au créneau
    Risque de perturbation des services communaux ce jeudi
    cuc_masse_salariale.jpg

    Source: CUC
    La masse salariale continue d’absorber plus du tiers du budget (1,2 milliard de DH). Elle est suivie par la propreté et la gestion des décharges

    Le budget 2017 de la Commune urbaine de Casablanca fait des mécontents. Les fonctionnaires de la ville s’apprêtent à organiser un sit-in ce jeudi 19 janvier. En cause, une nouvelle mesure qui entre en vigueur à partir de ce mois-ci. Il s’agit de la suppression des indemnités pour les heures supplémentaires et les travaux pénibles et salissants. Sur les 15.000 salariés de la CUC, près de 13.000 agents (échelle 6 à 9) seraient concernés par l’amputation de montants allant jusqu’au tiers de leurs salaires (650 DH environ), selon les syndicats représentant les fonctionnaires des collectivités locales. La fourchette des salaires de cette catégorie est située entre 2.500 et 3.500 DH. 
    La commune tempère cependant en assurant qu’il s’agit plutôt «d’une opération d’actualisation des listes des bénéficiaires de ces primes».

    Cette tentative de calmer les esprits n’a pas donné les effets escomptés. Les 6 syndicats représentant les fonctionnaires (CDT, UMT, UGTM, FDT, UNMT et ODT) semblent déterminés à défendre les «tranches les plus vulnérables qui sont visées par cette mesure» en ayant recours à «toutes les formes de lutte afin de récupérer leurs acquis». 
    Les fonctionnaires entendent ainsi faire pression sur la ville, dont le budget 2017 n’a pas encore reçu le visa de l’Intérieur. D’ailleurs, l’ODT a adressé dans ce sens un écrit au ministre de l’Intérieur et au wali de la région Casa-Settat. 
    En fait, la décision de la commune vise à économiser plusieurs millions de DH. D’autant plus que plus d’un tiers de son budget (3,5 milliards de DH) est absorbé par la masse salariale. Celle-ci s’établit en effet à 1,2 milliard de DH (soit plus de 36% du budget global). 
    «Au lieu d’améliorer son recouvrement, de rationaliser les ressources et réviser les contrats de gestion de la propreté et de l’éclairage public, la commune préfère les solutions de facilité», s’indigne Jamal El Khabbouli, secrétaire général adjoint de l’ODT. Selon lui, les fonds économisés via cette mesure seront injectés aux SDL qui gèrent les projets structurants de Casablanca. «Certaines d’entre elles n’ont même pas réussi leur mission notamment celle de fructifier les recettes du marché de gros et des abattoirs», poursuit le syndicaliste. Créances en souffrance, non-recouvrement des taxes locales, impayés de tous genres… le Grand Casablanca a cumulé un montant record de plus de 3,7 milliards de DH de créances à recouvrer à fin 2014. Sans compter la subvention à la ligne de tram et aux prochaines lignes prévisionnelles (à hauteur de 80 millions de DH/ligne et par an).
     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc