×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Souss: Un carnaval pour fêter le nouvel an amazigh

    Par L'Economiste | Edition N°:4939 Le 16/01/2017 | Partager

    «Id Innayer», «Ikhf n’oussegass», «Yennayer»  ou encore «Hakouza»… Autant d’appellations pour désigner le nouvel an amazigh qui coïncide cette année avec le vendredi 13 janvier. Cette année, 2967 ans au compteur pour Id Ennayer, qui correspond au premier mois du calendrier amazigh. Et qui  est une fête ancestrale célébrée dans le nord de l’Afrique, de la Libye et jusqu’en Mauritanie. Contrairement aux calendriers grégorien et musulman,  le calendrier agraire auquel correspond cette manifestation est en relation avec le cycle des saisons agricoles. Ainsi,  cette fête est traditionnellement célébrée avec un repas très copieux pour un bon présage.

    La symbolique de ces mets étant très importante: Plus ils sont nombreux et variés, plus l’année qui débute sera bonne et fertile. Ainsi le veut la croyance collective ancestrale. A Agadir, les festivités ont commencé jeudi dernier avec un carnaval «Tayri N’Wakal» (l’amour de la terre en berbère) organisé par l’Association éponyme sur la corniche. Durant la parade, les festivaliers sont allés à la rencontre des spectateurs, marocains et étrangers, pour leur souhaiter une bonne et heureuse bonne année amazighe. La soirée s’est clôturée avec des feux d’artifice qui ont séduit petits et grands.

    (Ph. N.M.)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc