×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    CAN: Maroc-RDC, tous les espoirs restent permis

    Par Reda BENOMAR | Edition N°:4939 Le 16/01/2017 | Partager
    Les premiers matchs de la 31e CAN ont tenu leurs promesses
    Un premier match historique pour la Guinée-Bissau
    herve_renard_039.jpg

    PHOTO DU JOUR: Selon Hervé Renard, le sélectionneur des Lions de l’Atlas: «Le plus difficile c’est ce premier tour avec la Côte d’Ivoire et la République Démocratique du Congo qui sont deux très bonnes équipes. Et puis il y a le Togo. Ça ne va pas être facile» (Ph. AFP)

    A quelques heures de la rencontre des Lions de l’Atlas face aux Léopards du Congo (RDC), le suspense reste entier. Le Maroc a de fortes chances de bien démarrer la CAN. En revanche, pour les rencontres déjà disputées, certains parleront de malédiction. D’autres encore d’un juste retour des choses. Alors que les Gabonais se dirigeaient tout droit vers une victoire à domicile dans ce match d’ouverture de la CAN, le destin en a finalement décidé autrement.

    Un coup-franc de Zezinho en toute fin de rencontre, une tête de Juary Soares qui trompe Didier Ovono... Et voilà le Gabon qui laisse filer deux points précieux pour la suite du tournoi. Malgré un but de Pierre-Emerick Aubameyang, les Panthères du Gabon ont été accrochées par une vaillante équipe de Guinée-Bissau. Les Djurtus n’ont pas démérité pour leur première joute continentale et ont arraché le point du match nul dans les arrêts de jeu. Le coach Baciro Candé, lui, sait que ce que ses hommes ont réalisé est historique.

    Bien qu’à domicile, les Panthères auraient dû rester sur le qui-vive jusqu’au bout, vu comment les choses avaient commencé. Dans un stade de l’Amitié qui ne s’est rempli qu’au fur et à mesure de la première mi-temps, les hôtes du tournoi se sont vu confisquer le ballon par leurs adversaires. En effet, même s’il s’agit de sa première participation à la Coupe d’Afrique des Nations, la Guinée-Bissau n’est pas venue pour faire de la figuration. Très vite, les Djurtus décident de jouer la sécurité et abandonnent le ballon aux Panthères, se contentant de défendre en attendant qu’une occasion de contrer se présente. Le Gabon obtient alors ses premières occasions, mais ni les têtes d’Evouna (21e) et Lemina (41e) ne parviennent à prendre la direction des filets.

    Les deux opportunités gabonaises sont les seules que les spectateurs de Libreville ont à se mettre sous la dent. Pour la défense des joueurs, il fait 34 degrés à l’ombre à Libreville, avec beaucoup d’humidité. En revanche, ce qui est moins excusable, ce sont les erreurs techniques, des deux côtés, a l’image d’un Lemina fébrile en début de rencontre. L’une d’entre elles sera fatale aux Djurtus, celle du défenseur central qui jugera mal une transversale pour Bouanga, la fameuse qui amènera le but de Pierre-Emerick Aubameyang (52e). Evidemment, il fallait que ce soit lui qui ouvre le bal de la 31e édition de la CAN.

    Le Gabon ne parvient pas à faire le break, et préfère gérer son avantage. Grave erreur. En toute fin de match, un coup franc anodin se transforme en occasion de but, occasion qui se concrétise. La première sensation de cette CAN est parfaite, le tournoi le plus imprévisible du monde est lancé.

    Une équipe atypique

    Un gardien titulaire dans une équipe de D3 portugaise, un défenseur du championnat polonais qui n’a joué aucun match cette saison, un milieu de terrain sans club et un attaquant qui évolue dans le championnat sud-coréen. Il n’y a pas à dire, cette équipe est unique.  La Guinée-Bissau participe pour la première fois de son histoire à la CAN. Malgré un contexte sportif compliqué dans le pays (le championnat a été annulé cette année) ils veulent montrer qu’ils ne sont pas là pour faire de la figuration et qu’il faudra composer avec cet outsider.

                                                                              

    Le Burkina Faso déjoue les pronostics

    burkina_faso_039.jpg

    Comme le Gabon, le Cameroun a été accroché pour son premier match. Malgré l’ouverture du score de Moukandjo (Cameroun) et de nombreuses occasions concédées, les Etalons (Burkina Faso) ont arraché un match nul en fin de match qui place toutes les équipes du groupe A au même niveau. Dans un match plus rythmé que celui de l’ouverture, le Cameroun paraissait supérieur mais a cruellement manqué de réalisme. Les deux buts de la rencontre ont été marqués sur coup de pieds arrêtés. Le début du match a été perturbé par un problème technique qui a empêché la diffusion des deux hymnes nationaux. Les deux délégations ont chanté leur hymne a cappella.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc