×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Seprob, cette entreprise qui relève le challenge du génie civil

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4939 Le 16/01/2017 | Partager
    younes_laraqui_039.jpg

    «A terme, la construction de cet ouvrage et les aménagements qui sont prévus tout autour contribueront à fluidifier une bonne partie de la circulation au niveau de ce point névralgique de Casablanca», indique Younès Laraqui, PDG de Seprob (Ph. L’Economiste)

    Edifier un ouvrage d’art de cette ampleur, sur un carrefour très fréquenté, c’est le défi majeur d’un chantier urbain, comme celui du pont à haubans. Ce carrefour, considéré comme l’un des points noirs de la circulation, dessert en effet plusieurs destinations. Et le passage du tramway à ce niveau complique encore plus le trafic en générant des bouchons énormes et des challenges au quotidien sur le chantier. Entretien avec Younès Laraqui, PDG de Seprob, filiale de la holding Maropar, adjudicataire du marché.

    - L’Economiste: Le pont à haubans est l’un de vos ouvrages emblématiques à Casablanca. Avez-vous déjà à votre actif des ouvrages d’art de cette ampleur?
    - Younès Laraqui:
    Pas de cette envergure, mais il faut savoir que ces ouvrages restent exceptionnels de par le monde. Au Maroc, nous en sommes au 2e projet de ce type après celui du contournement de Rabat. En revanche, Seprob a déjà eu à réaliser des ouvrages d’art complexes, utilisant pour la 1re fois des techniques innovantes telles que la réalisation par encorbellement successif du pont sur oued Oum Rbiaa à Mecharaa Ben Abou en 1989-1991, la réalisation du tablier par poussage du pont Selouane en 1985-1986.

    - Quelles sont les spécificités et les complexités rencontrées sur ce chantier atypique?
    - Les principales spécificités du chantier, outre sa complexité notamment au niveau des études d’exécution et de détail en phase provisoire tenant compte des différentes phases de construction du tablier, du pylône et du haubanage, c’est sa situation urbaine. En effet, ce carrefour connaît un flux de circulation parmi les plus importants au Maroc. Mais cette contrainte a été très bien gérée par la mise en place d’une déviation de la circulation qui a minimisé au maximum la gêne aux usagers et ce, grâce à l’étude de sa conception et à la contribution de tous les intervenants dans le cadre de la commission de la circulation. A terme, la construction de cet ouvrage et les aménagements qui sont prévus tout autour contribueront à régler une bonne partie de la circulation au niveau de ce point névralgique de Casablanca.

    - Concrètement, quel est l’état d’avancement sur le site?
    - Avec l’achèvement des travaux des appuis du pont à savoir les deux culées et les piles, nous allons entamer dans les prochains jours les travaux d’assemblage et de montage de la charpente métallique du tablier. Environ le tiers des éléments la constituant sont déjà approvisionnés sur chantier.

    - Quels sont aujourd’hui les principaux chantiers menés par Seprob à Casablanca?
    Outre le pont à haubans, nous avons achevé les travaux de la digue de protection de la connexion Nord de Casablanca d’une longueur de 4 km et qui va relier le port de Casablanca à la zone logistique de Zenata. Ce sont là les seuls projets sur lesquels nous intervenons à Casablanca. Mais, il y aura certainement d’autres projets à venir dans le cadre du plan de développement du grand Casablanca. D’ailleurs, la SDL Casa-Aménagements lance chaque année de nouveaux chantiers pour plusieurs milliards de DH.

    Propos recueillis par Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc