×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Efficacité énergétique: Engie reliftera 100 mosquées vertes

    Par Safall FALL | Edition N°:4921 Le 21/12/2016 | Partager
    Les premiers contrats sur un potentiel de 50.000 lieux de culte
    Une économie minimum de 40% sur 5 ans
    efficacite_energitique_021.jpg

    Les applications pilotes du programme mosquées vertes d’efficacité énergétique ont été déployées à la mosquée Assounna de Rabat

    Au Maroc, Engie trace son sillon dans l’efficacité énergétique (EE). Le groupe français des énergies vertes et de l’efficience énergétique a décroché, il y a quelques semaines, la seconde partie du Programme «mosquées vertes». Ce marché, qui porte sur 64 mosquées, vient se rajouter aux 36 qui constituent le premier lot, également pris en charge par l’énergéticien en consortium RIO (Reduce Invent Optimise), une société marocaine spécialisée dans l’économie d’eau et d’électricité. Le travail demandé à Engie se décline en deux phases: l’audit énergétique des établissements concernés et le déploiement de solutions de réduction de la consommation énergétique. «Les clauses du contrat engagent ainsi le groupe à garantir, sur une période de 5 ans, une économie minimale de 40% sur les factures électriques mensuelles de ces établissements de culte», expliquait Amine Homman-Ludiye, le patron d’Engie Afrique du Nord. Ces économies seront à chercher dans les postes d’éclairage et de chauffage d’eau. Le reliquat non respecté sera remboursé par le groupe français.  
    Le programme «mosquées vertes» est le fruit d’un partenariat entre les ministères de l’Energie et des Habous et des Affaires islamiques, d’une part, et la Société d’investissements énergétiques (SIE) ainsi que l’Agence marocaine de l’efficacité énergétique (AMEE), d’autre part. L’objectif de cette démarche est de développer des projets d’optimisation énergétique au sein des mosquées. Ces deux contrats de 100 mosquées, dont les montants n’ont pas encore été communiqués, ne sont que les tout premiers actes de ce programme. L’ambition, à moyen terme, est de réhabiliter 15.000 établissements relevant directement du département des Habous et des Affaires islamiques. Cela devrait correspondre à un potentiel d’économie d’énergie qui est estimé entre 50 et 70%. La première phase porte sur un millier de mosquées qui seront mises à concurrence par lots. Il faut savoir que le budget annuel d’investissement et de fonctionnement d’une cinquantaine de mosqués est estimé à 1,5 milliard de DH. Tout cela devrait aboutir, in fine, à l’instauration d’un label vert ainsi que le lancement d’un fonds d’amorçage spécialisé dans la mise en place du programme. Ce véhicule financier, dont le montant cible n’est pas encore connu, «s’autoalimentera par l’injection des économies réalisées sur la dépense énergétique», selon les projections de la SIE.
    Un total de 50.000 mosquées devrait être couvert par ce type de contrat sur les prochaines années. Un gros potentiel pour les sociétés de services énergétiques (Esco) actives sur le marché national. Ce projet s’inscrit évidemment dans le cadre de la feuille de route énergétique nationale, laquelle vise des économies de 15% à l’horizon 2030 sur la facture électrique nationale via une consommation plus efficace.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc