×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Pour maximiser la productivité, stimulez les hormones du bonheur!

    Par Karim Agoumi | Edition N°:4912 Le 06/12/2016 | Partager
    PPLP, une démarche qui vise à rendre les salariés heureux en entreprise
    Tournois sportifs, séances de rire, théâtre, formations sur les attitudes gagnantes… Les outils
    Un moyen de fidéliser les troupes de plus en plus pratiqué
    productivite_hormone_012.jpg

    Le travail est souvent perçu comme une activité «sérieuse» au sein de laquelle il faut exceller en termes de performances. Or, s’il est vrai qu’il est essentiel de livrer un produit ou un service de qualité au client, il est tout aussi important que les moyens mis en œuvre pour atteindre ces objectifs soient efficients. Bon nombre de salariés justifient leur motivation au bureau par le plaisir qu’ils éprouvent durant leur travail. Un principe que l’on retrouve dans une méthode créée par le conférencier Jean-Luc Tremblay,  portant le nom de Performance par le plaisir dans les entreprises (PPLP). Une démarche particulièrement originale qui consiste à assurer le bonheur des salariés pour améliorer leur productivité.
    La PPLP est une méthode consistant à transposer au sein des organisations les constituants du plaisir pour obtenir une meilleure performance des salariés, confie Saif Allah Allouani, psychosociologue et coach expert en bonheur authentique. Un processus prenant la forme d’un schéma bien déterminé, explique l’expert. «Le plaisir engendre la passion, laquelle induit à son tour la créativité et conduit au dépassement professionnel de l’individu», précise ce dernier. Une pratique qui entraîne par la même occasion le développement d’une forte culture d’entreprise influant positivement sur la performance du groupe, ajoute Ali Serhani, directeur associé de Gesper Services et consultant en ressources humaines.
    Il s’agit d’une démarche rationnelle et «sérieuse» confiée  généralement à la direction des Ressources humaines de l’entreprise qui, via une politique spécifique et diversifiée, assurera la mise en œuvre d’un certain nombre d’actions pour en assurer le succès. Il est tout d’abord conseillé d’agir au niveau de l’entreprise en organisant des initiatives susceptibles d’y susciter le plaisir. Il peut s’agir de tournois sportifs, de séances de rire durant le repas ou à d’autres moments de la journée consistant, par exemple, à se regarder puis à se forcer à rire, de concours comiques entre employés, ou encore, de théâtre d’entreprise. «Cela permet d’aborder les problèmes de gestion sous un angle humoristique», relève Saif Allah Allouani. Le manager ou le responsable RH a également la possibilité de mettre en place des espaces de jeu tels que le Ping pong et les échecs au sein des cafétérias permettant au personnel de prendre du plaisir durant les pauses. Autre pratique conseillée et non des moindres, souligner les anniversaires des

    objectif_demarches_012.jpg

    collègues et célébrer leur réussite au travail par la remise de différents prix. Un moyen de reconnaître et de mettre l’accent sur les avancées du groupe. Des formations sur les attitudes gagnantes et des sondages sur le climat organisationnel s’avèrent également essentiels pour favoriser le bonheur des troupes. Enfin, il ne faut pas oublier d’humaniser les locaux de l’entreprise en affichant blagues et autres dessins humoristiques créés de toute pièce par les salariés eux-mêmes. Ces pratiques sont essentielles pour «briser la glace», détendre l’atmosphère professionnelle et tisser des liens sociaux solides entre collaborateurs. Des changements essentiels peuvent également s’opérer au niveau individuel. Ainsi, il est conseillé à chaque employé de saluer avec le sourire aux lèvres le personnel rencontré et d’être visible. La communication non violente et l’expression authentique des ressentis est également vivement recommandée.
    L’efficacité du plaisir au travail s’explique scientifiquement par le fait que tout salarié sécrète une hormone antistress appelée sérotonine ainsi qu’une hormone du plaisir portant le nom de dopamine. Ces dernières engendrent des effets immédiats et durables sur l’humeur et la santé psychique puis corporelle, explique Saif Allah Allouani. Elles stimulent par ailleurs la vitalité des salariés et réduisent les risques de dépression et d’anxiété. Le rire constitue par ailleurs un réel booster de créativité, favorise l’arrivée d’oxygène et facilite la respiration.
    La démarche permet dans un premier temps de favoriser l’engagement, le sentiment d’appartenance, le désir de se réaliser et donc la fidélisation des employés. En effet, les départs inexpliqués des cadres sont souvent associés à un comportement de «fuite» de la souffrance professionnelle. Un moyen par ailleurs de stimuler grandement  leur créativité. «Le cerveau est plus créatif quand il est de bonne humeur», précise Allouani. Le PPLP favorise enfin la socialisation et la complicité entre les membres du groupe, ce qui réduit par la même occasion tensions et conflits.
    Cette pratique commence à émerger au Maroc, souligne Serhani. Celle-ci gagne progressivement l’intérêt des entreprises et prend la forme de musicothérapie ou encore de rirologie, selon Allouani. Bon nombre de sociétés organisent ainsi au sein de leurs locaux des séances de théâtre ou encore de team building. Certains DRH tentent quant à eux d’humaniser les locaux de l’entreprise, les chargeant de contenu ludique original et stimulant. Néanmoins, la propagation de la méthode est freinée culturellement par l’inconscient collectif du monde du travail qui a tendance à différencier plaisir et labeur.

    Attention aux dérives

    Le plaisir dans les entreprises (PPLP) est une démarche à prendre avec des pincettes. Il faut en effet faire attention aux excès et aux dérives. «Le rire, les blagues et les moments de plaisir ne doivent en aucun cas servir à évacuer les tensions ou à passer des messages aux autres», explique Saif Allah Allouani, psychosociologue et coach expert en bonheur authentique. Il est ainsi conseillé d’éviter  jugements et mots négatifs puis de rester avant tout sincère.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc