×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Rabat: Stareo se prépare pour un retour au privé

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4900 Le 17/11/2016 | Partager
    La gestion actuelle a atteint ses limites
    Un appel d’offres sera lancé prochainement
    Une opération de départ volontaire proposée au personnel

    Tous les ingrédients sont réunis pour confirmer l’aggravation de la crise profonde qui frappe, depuis des années, la société Stareo, assurant la gestion du secteur des bus au niveau de l’agglomération de Rabat. Qualité de service dégradée, pannes de bus répétitives, accumulation des déficits financiers, grèves du personnel… Tout cela va permettre une prise de conscience de la part de l’ensemble des responsables (ministère de l’Intérieur, wilaya et commune) pour revoir le modèle de gestion actuelle assurée par Stareo sous la supervision du groupement des communes Al Assima. Un projet de restructuration a été retenu avec une forte orientation de confier le secteur à un opérateur privé dans le cadre de la gestion déléguée. Le lancement de l’appel d’offres est prévu au plus tard début 2017, indique un responsable de la commune. Le cahier des charges devrait incessamment être délivré par le ministère de l’Intérieur, ajoute-t-il. Toutefois, un handicap de taille à une reprise par le privé,  le sureffectif de Stareo, qui avoisine les 3.000 employés. Pour pallier cette situation, la direction de Stareo vient de lancer une opération de départ volontaire avec un budget de 10 millions de DH mobilisé par  le ministère de l’Intérieur. Cette opération vise une réduction de près de 1.000 employés, notamment au niveau de la catégorie des receveurs. «La mise en place prochainement d’un système de billetterie électronique va mettre automatiquement la majorité des receveurs en chômage technique», explique une source de la direction de Stareo. L’opération de dégraissage du personnel s’avère incontournable pour réussir la restructuration de ce secteur dans une perspective de la mise en place d’un système de transport intégré bus-tramway, est-il indiqué auprès du management. Pour l’heure, très peu de volontaires se sont inscrits dans cette opération de départ anticipé. Une centaine, à peine, de demandes déposées. Et pour cause,  «l’offre n’est pas incitative pour encourager le départ du personnel. En fonction de l’ancienneté, le pécule proposé varie entre 30.000 et 100.000 DH», indique un responsable syndical de la FDT.
    Quoi qu’il en soit, cette offre reste intéressante par rapport à un licenciement réglementaire, confie une source de Stareo. Mais selon le syndicaliste de la FDT, la crise de la société revient également à la mauvaise gestion de la direction actuelle aggravée par le passif hérité après de le départ de Veolia. «Comment une société en sureffectif peut-elle externaliser certaines prestations qui peuvent être assurées en interne, comme le gardiennage, le nettoyage ou la maintenance?», s’interroge le responsable de la FDT. Ce dernier soulève aussi la pléthore de directeurs et cadres qui absorbent un budget énorme: salaire, carburant, voitures de service en location chez le privé…

    Manque à gagner 

    En plus des problèmes de gestion, d’autres facteurs exogènes contribuent à l’aggravation  de la crise de Stareo. «La société n’a pas pu appliquer une augmentation du tarif prévue pour 2014, ce qui s’est traduit par un manque à gagner estimé à 60 millions de DH», précise un membre du groupement Al Assima. A cela s’ajoute le refus de certains usagers de payer leurs tickets. Pis encore, l’accroissement des actes de malveillance visant les bus dont le coût total de réparation avoisine 100 millions de DH pour les trois dernières années.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc