×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Affichage mobile : Bientôt des taxis-pub à Casablanca?

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4900 Le 17/11/2016 | Partager
    Des dômes publicitaires sur les toits des véhicules
    Le promoteur en attente de l’autorisation
    taxis_pub_00.jpg

    Le taxi, qui parcourt en moyenne plus de 400 km par jour, est un excellent support pour garantir le maximum de visibilité (Ph. HM)

    De l’affichage mobile sur taxis. C’est l’idée originale d’un MRE qui souhaite lancer ce concept à Casablanca. Hicham Mastaki vient de déposer une demande d’autorisation d’affichage publicitaire aux services compétents de la wilaya. Une étape obligatoire avant de démarrer les activités de son entreprise «Kantchaf» (traduction littérale: je suis visible). Son concept: placer des dômes d’affichage lumineux sur les toits de taxis. «Il s’agit d’un excellent support pour garantir le maximum de visibilité», explique Mastaki. Les taxis parcourent en moyenne plus de 400 km par jour.
    A peine annoncée, l’idée séduit les professionnels de taxis approchés par le jeune manager. Ce dernier leur propose plusieurs formules au choix. «Des mensualités sont en cours de négociation avec le syndicat», annonce le DG. L’entreprise pourrait leur proposer l’équivalent de 5.000 DH/an en liquide ou sous forme de services de maintenance (achat de pneus, batterie, paiement d’assurance…). Plusieurs options de partenariats seront proposées. Mais l’initiateur du projet préfère la formule du pourcentage sur chaque contrat, ce qui lui permettra de minimiser les frais.
    En tout, un parc de 300 dômes (fabriqués au Canada) sera lancé dans un premier temps. «Il sera doublé en l’espace d’un an si la formule marche», prévoit Mastaki. Après Casablanca, ce dernier vise aussi les villes de Rabat, Marrakech et Agadir.
    Pour figurer sur ces affiches mobiles, une entreprise devra s’acquitter d’un montant mensuel de 7.000 DH.
    A signaler que le taxi-pub existe déjà à Tétouan, Agadir et Fès depuis plus d’une décennie, mais sous forme d’habillage et non de dômes publicitaires. A Casablanca, la formule peine encore à prendre. Plusieurs entreprises ont déjà  tenté d’investir ce créneau sans succès. Parmi lesquelles, Med Capital Communication (filiale de BMCE Bank) et Taxis Pub (cf. édition du 15 août 2008). Le lobby de l’affichage aurait-il quelque chose à voir avec ce blocage? En tout cas, la pub sur les taxis pourrait contribuer à la mise à niveau des véhicules. Bien entendu, les taxis sélectionnés doivent être en bon état, ou alors investir pour le redevenir. Ce qui pourrait accélérer le programme de renouvellement de la flotte et inciter les taximen à opter pour la prime à la  casse. Jusqu’à présent, 8.000 chauffeurs de petits taxis ont pu acquérir un véhicule neuf.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc