×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    L’offre de financement des start-up se restructure

    Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4899 Le 16/11/2016 | Partager
    La CCG lance deux appels à manifestation d’intérêt
    Jusqu’à 100 millions de DH d’investissement par fonds de capital risque

    La Caisse centrale de garantie (CCG) compte développer les sources de financement dédiées aux start-up. Elle vient de lancer deux appels à manifestation d’intérêt. Le premier porte sur la sélection de sociétés de gestion  pour la structuration de fonds d’amorçage public-privé dédiés aux start-up innovantes. Le second concerne une offre d’investissement à l’attention des sociétés gérant des fonds de capital risque destinés aux start-up innovantes.
    La direction de la CCG justifie ces opérations: l’activité d’amorçage reste peu développée et les fonds exerçant cette activité sont très peu nombreux. Les chiffres de l’Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC) indiquent que l’activité d’amorçage représente à peine 2% des engagements des fonds d’investissement. Pour développer cette activité, la CCG avait lancé il y a six ans Damane capital risque destiné à garantir les prises de participations des fonds de capital risque dans des start-up. Des conventions de partenariat ont été signées avec Maroc Numeric Fund, Dayam et Afoulki Invest. Ce qui représente un total de 180 millions de dirhams.
    La consultation publique s’adresse aux sociétés déjà opérationnelles ou en cours de constitution. Deux ou quatre sociétés pourraient être retenues à l’issue de la compétition. Le management de la CCG annonce qu’il pourrait en sélectionner davantage en fonction de la qualité des dossiers des soumissionnaires.
    Le mandat des sociétés de gestion consistera à sélectionner, à partir de l’écosystème dans lequel elles entretiennent des relations, des start-up à fort potentiel et d’y investir en leur offrant un accompagnement de qualité. L’objectif étant de «mobiliser le potentiel de croissance de cette catégorie d’entreprise en vue d’assurer un exit réussi».
    Les sociétés de gestion seront sélectionnées en fonction de la qualité de leurs équipes, de leurs références et de leur stratégie d’investissement, sans oublier l’offre financière et leur capacité à lever des fonds auprès d’investisseurs locaux ou étrangers.
    La CCG jouera un rôle d’animateur du comité qui sera essentiellement composé d’experts indépendants et qui aura pour mission de sélectionner les sociétés de gestion retenues. Par la suite, la Caisse, de concert avec les institutions sélectionnées et les autres investisseurs procèdera à la restructuration des fonds d’amorçage généralistes, ciblant les start-up. La Caisse pourrait investir jusqu’à 100 millions de dirhams dans chaque fonds en partenariat avec d’autres investisseurs mobilisés par les sociétés de gestion. Le critère de l’innovation sera pris dans son sens large. Il concerne les structures mettant au point un produit (bien ou service), un procédé nouveau ou amélioré, une nouvelle méthode de commercialisation ou encore une méthode organisationnelle.
    C’est la quatrième opération lancée par la CCG dans le domaine du financement de l’innovation. Les actions précédentes portaient sur le financement par quasi-Equity (Innovation Tic), la garantie des fonds de capital risque (Damane capital risque) et la restructuration de deux fonds d’investissement public-privé (Emergence Invest).

    Mode opératoire

    LES sociétés de gestion intéressées par les appels à manifestation d’intérêt sont appelées à retirer le dossier de candidature au siège de la Caisse centrale de garantie en fournissant le formulaire de retrait téléchargeable à partir du portail www.ccg.ma. Le dernier délai a été fixé au vendredi 2 décembre. Les offres devront parvenir à la CCG au plus tard le 10 janvier prochain. Dans une première étape, il y aura une présélection. La capacité à lever des fonds auprès des investisseurs locaux ou étrangers sera un critère prépondérant dans la sélection finale. Les sociétés intéressées par l’offre d’investissement de la CCG sont appelées à retirer le cahier des charges au siège de la Caisse, là encore moyennant un formulaire.

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc