×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Les monoplaces électriques sur le circuit Moulay El Hassan

    Par Karim Dronet | Edition N°:4896 Le 11/11/2016 | Partager
    alejandro_agag_096.jpg

    Alejandro Agag,  président de la Formule électrique (Ph. AFP)

    En marge de la COP22, Marrakech accueille, ce samedi, pour la première fois en Afrique, une manche du Championnat du monde de la Formule E, une compétition réservée aux monoplaces électriques. De grands noms du sport automobile évolueront dès  8 heures du matin sur le circuit Moulay El Hassan comme Nelson Piquet ou José Maria Lopez. A cette occasion, nous avons rencontré Alejandro Agag, président de la Formule électrique.

    - L’Economiste: Pour vous, c’est un grand jour de voir évoluer vos monoplaces électriques à Marrakech…
    - Alejandro Agag:
    Oui, c’est un jour très important. C’est effectivement la première fois que les voitures de la Formule E vont courir en Afrique, au Maroc, à Marrakech, et nous sommes vraiment très contents d’avoir pu organiser ce championnat qui se tient partout dans des villes comme New York, Hong-Kong ou Paris.

    - Justement, qu’est-ce qui a motivé votre choix pour Marrakech, sachant qu’une trentaine de villes étaient déjà prêtes à accueillir cet événement?
    - Je connais Marrakech depuis longtemps. J’adore cette ville qui est vraiment fantastique comme les gens qui habitent ici! La ville est très belle. On mange incroyablement bien. En plus, c’est très proche de chez nous et c’était très facile de venir courir ici. Il y a également un très beau circuit, quasiment en plein centre-ville. Par ailleurs, à Marrakech, ils ont aussi une expertise en course automobile. Nous sommes donc très contents de pouvoir amener au public marocain certains des meilleurs pilotes du monde et ces monoplaces qui sont les voitures du futur.

    - Le circuit Moulay El Hassan a été spécialement aménagé pour accueillir ce grand prix de Formule électrique. Quel est votre ressenti vis-à-vis de son tracé?
    - Il est très technique et rapide, ce qui sera très intéressant pour nos pilotes. Pour nous, c’est l’un des meilleurs que nous ayons dans notre calendrier, et je sais que tous les pilotes ont déjà envie de rouler samedi sur ce circuit. Je pense que cela peut donner lieu à une course spectaculaire.

    - Il faut dire aussi que la Formule E génère aujourd’hui un fort enthousiasme de la part du grand public.
    - Tout à fait, je viens d’ailleurs de rentrer de Hong-Kong où nous avons vendu tous les billets disponibles, soit plus de 3.000. Il est vrai aussi qu’il s’agit d’un jeune championnat. Nous venons d’entamer notre troisième saison, mais aujourd’hui, c’est une technologie qui intéresse  tous les grands constructeurs automobiles comme Audi, BMW, Renault, Jaguar, Citroën… La Formule E est en train de devenir le championnat du futur. Cette compétition représente le laboratoire où les constructeurs développent et améliorent les technologies que l’on retrouvera demain dans la voiture électrique de «Monsieur tout le monde». Un jour, toutes les voitures du monde seront électriques, et c’est le rôle que la Formule E veut jouer dans son développement.

    Propos recueillis par Karim DRONET

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc