×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Valorisation du patrimoine de la médina
«Fanadik Fès» conformes à la Charte de Venise

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4884 Le 26/10/2016 | Partager
Un nouveau concept de management pour ces sites historiques
Telles des vitrines de luxe, ils seront dédiés à l'artisanat de haute facture
medina_fes_084.jpg

Situé à proximité de la mosquée Quaraouiyyine, le Fondouk Chemmaïne tire son nom du souk des fabricants de cierges (cham', chammâ’). La porte de la mosquée Quaraouiyyine dite des «anciens potiers», fondée par les Almoravides (1056-1147 après JC), fut convertie en «porte Shammâ‘în» au début de l'époque mérinide. C'est également de cette époque que date la première mention de ce fondouk, lorsque le sultan Abou Yaacoub Youssof  le restaura et le constitua en waqf au profit de la mosquée en question selon des historiens. L’ensemble Chemmaine–Sbitryine est dédié à un «Centre de la culture et l’artisanat communautaire  haut de gamme». D’une superficie utile de 535 m2, il comprend  3 ateliers de finition-vente, 11 aires d'exposition vente, 2 cafés, 1 restaurant et d'autres espaces communs (Ph. YSA)

«Fanadik Fès» est le nouveau concept de management des fondouks de l’ancienne médina. Mis en œuvre par l’Agence de développement et de réhabilitation, ce projet vise à enclencher une réelle dynamique au niveau des sites historiques de la cité idrisside.
En fait, ces hauts lieux de l’artisanat raffiné, shopping et tourisme ont profité d’une cure de jouvence grâce au projet «Artisanat Fès Médina».

valorisation_medina_fes_084.jpg

Le Fondouk Staouniyine a été fréquenté essentiellement par des commerçants tétouanais qui lui ont donné leur nom. C’est l’un des plus anciens centres commerciaux de Fès, contemporain à la Medersa Attarine datant de VIII/XIV siècles.  Le Fondouk Staouniyine est dédié à un «Centre d’innovation de l’artisanat du tissage». D’une superficie utile de 437 m2, il comprend 5 ateliers de finition-vente, 15 aires d'exposition, une librairie, un café-restaurant, un atelier de formation et un local de sécurité (Ph. YSA)

Financée à travers la Millennium Challenge Corporation (MCC), cette opération a permis à la médina de récupérer quatre joyaux de l'architecture arabo-islamique. Il s’agit respectivement des fondouks Chemmaïne, Sbitryine, Barka et Staouniyine. Notons que le projet de la MCC comprend, outre la revalorisation de l’héritage historique incluant la réhabilitation de quatre sites historiques (Chemmaïne/Sbitryine, Berka et Staouniyine) et l’ensemble urbain, situé autour de la Place Lalla Ydouna avec l’objectif de valoriser ce site historique qui date de près de huit siècles, à confirmer son caractère commercial et social avec des espaces éducatifs, d’habitation, de production artisanale de haute facture, de commerce, de restaurations, etc. Sans oublier le transfert d’une partie des activités artisanales vers les sites construits à Ain Nokbi, la construction du complexe artisanal de 22 unités à Ain Nokbi, ainsi que la  promotion de l’artisanat à travers la formation de 1.000 formateurs et 5.000 artisans. L’enveloppe globale dédiée à ces projets s’élève à 697,5 millions de dollars.

fes_medina_084.jpg

Le fondouk Sbitryine, jouxtant Chemmaïne, est d’une surface utile de 540 m2. Il comprend 5 ateliers de finition-vente, 18 aires d’exposition de vente, une banque, une salle de documentation et un local de protection civile. A cela s'ajoutent diverses installations communes, notamment les équipements sanitaires (Ph. YSA)

Restaurés par l’Ader en tant qu’entité d’exécution, les fondouks, datant du XIII et XIVe  siècles, font partie de 120 fondouks situés tout au long des axes principaux de la médina (Talaa Kbira et Sghira, Ras Cheratine, Nejjarine et Seffah), à proximité des portes de Bab Boujloud, Bab Elguissa, Bab Ftouh et autour de la Mosquée Quaraouiyne.
Servant autrefois d’hôtelleries pour les visiteurs de la ville de Fès et d’entrepôt de marchandises, Chemmaïne, Sbitryine, Barka  et Staouniyine seront dédiés à l'artisanat de haute facture pour mettre en valeur le savoir-faire ancestral et l’art artisanal de la médina de Fès. Des services divers (exposition, restauration,…) sont prévus pour répondre aux attentes des habitants et visiteurs de la médina. L’objectif, selon le management de l'Ader-Fès, étant d’insuffler une nouvelle dynamique socio-économique et culturelle dans un contexte chargé d’histoire et de patrimoine. Il s'agit en détail, de faire de ces fondouks des bassins créateurs d’emplois et de richesse, booster l’attractivité touristique des fondouks et surtout créer des activités économiques lucratives et rentables dont les revenus seront réinjectés dans les opérations de conservation du patrimoine culturel de la médina de Fès.

fes_medina_charte_venise_084.jpg

Limitrophe à la banque du Maroc située à la rue Kettanine, Fondouk Barka a été construit au début du XIXe siècle.  Selon certains historiens, ce Fondouk était dans le passé réservé à la traite des femmes. Il est dédié à un «centre de créativité  artisanale féminine». D'une surface utile de 283 m2, ce Fondouk est destiné exclusivement aux activités artisanales féminines. Il comprend 16 aires d'exposition; un café, un espace associatif, une garderie, un local de sécurité et des espaces sanitaires (Ph. YSA)

Selon l’Ader, cette vision répond aux directives du Roi. «Nous devons cependant insister une nouvelle fois sur la nécessité d’adopter une vision dynamique quant à cette protection, en visant à intégrer notre patrimoine dans nos projets de développement et non seulement à l’embaumer dans une vision de sacralisation du passé. Ceci requiert de jeter des passerelles solides entre ce legs civilisationnel et les créations de l’homme contemporain, car le patrimoine de demain est ce que nous inventons aujourd’hui. Il est donc impérieux de faire du patrimoine un espace partagé de dialogue entre les civilisations, les générations et les époques», message du Souverain aux participants à la 23e session du comité du patrimoine mondial le 26 mars 2013. Signalons enfin que cette vision est conforme aux dispositions de la Charte de Venise. Dans l’article 5 de celle-ci, il est noté que «le patrimoine des monuments est toujours favorisé par l’affectation de ceux-ci à une fonction utile à la société, une telle affectation est donc souhaitable mais elle ne peut alterner l’ordonnance ou le décor des édifices. C’est dans ces limites qu’il faut concevoir et que l’on peut autoriser les aménagements exigés par l’évolution des usagers et des coutumes».
De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc