×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Campagne sucrière
    La moitié de la consommation sécurisée

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:4857 Le 16/09/2016 | Partager
    Une production record de 530.000 tonnes de sucre
    Deux régions assurent 66% du total global
    campagne_sucriere_057.jpg

    Depuis le lancement du plan Maroc Vert, la production sucrière est passée de 390.000 à 530.000 tonnes. Et la performance s’explique surtout par les avancées enregistrées par la betterave à sucre. Ses rendements à l’hectare ont plus que doublé: 13 tonnes/ha de sucre contre 5 tonnes au démarrage de la stratégie (Ph. G.A.)

    Les résultats exceptionnels de la filière sucrière se confirment. Au moins la moitié des besoins de consommation sont sécurisés. Selon une source du ministère de l’Agriculture, la production du sucre devrait s’établir à plus de 530.000 tonnes. Ce qui devrait soulager la Caisse de compensation dans cette conjoncture marquée par la hausse des cours à l’international. Un record réalisé malgré une saison qui a enregistré une pluviométrie très modeste. La performance reste toutefois tirée par deux régions, les Doukkala et le Tadla qui concentrent à elles seules, 66% de la production nationale du sucre.
    La première région enregistre pour la 3e année consécutive une croissance à deux chiffres de la production betteravière, des rendements et du chiffre d’affaires. Elle s’accapare ainsi 40% du total avec 230.000 tonnes en 2015-2016. Le chiffre d’affaires à l’hectare ayant atteint 42.000 DH contre 35.000 la campagne précédente et la valeur de la production betteravière est estimée à 1 milliard de DH au lieu de 672 millions, une saison auparavant. Ces performances s’expliquent certes, par le potentiel mais surtout la maîtrise de l’itinéraire technique et la constante coordination des partenaires concernés.
    Les mêmes paramètres se trouvent à l’origine du record réalisé par le périmètre du Tadla. Cette dernière totalise une production globale de 157.000 tonnes de sucre, soit 26% du total global.
    L’évaluation effectuée par le Comité technique régional du sucre de Tadla (CTRST) à la fin de la campagne betteravière 2015/2016 révèle des résultats exceptionnels. En effet, la superficie récoltée est de 15.380 ha dont la totalité a été semée mécaniquement. Cela a permis de réaliser un peuplement moyen de 84.400 plants à l’hectare. Du coup, le rendement moyen a atteint 78 tonnes à l’hectare contre 68,5 en 2015 soit une augmentation de 14%.
    Quant à la production brute finale, elle dépasse de 28% celle réalisée en 2014/2015. En matière de richesse, les résultats réalisés au cours de cette campagne se sont également améliorés pour s’établir à 18,62%, ce qui s’est traduit par une hausse de 20%  générant de la richesse distribuée aux agriculteurs par rapport à  la campagne 2014/2015.
    Il est à noter que ces résultats dépassent de loin les objectifs fixés par le Plan Agricole régional de Béni Mellal-Khénifra à l’horizon 2020 qui place la filière betterave à sucre à la tête des autres filières de productions agricoles.
    La recette réside surtout dans la maîtrise de l’itinéraire technique: utilisation des semences résistantes aux maladies, mécanisation intégrale du train technique de la culture et renforcement de l’encadrement des agriculteurs. Un encadrement, basé sur le groupement des exploitations en classes. L’approche facilite l’intervention des équipes d’encadrement au niveau du terrain et permet la maîtrise des opérations d’entretien, de traitement phytosanitaire et de désherbage chimique.
    Le même constat est observé dans la zone des Doukkala qui, en l’espace de 5 ans a pratiquement doublé sa production sucrière alors que la superficie n’a augmenté que de 10% sur la même période. La zone bénéficie en effet, d’un taux d’encadrement des plus élevés assuré par les techniciens de Cosumar et des services du ministère de l’Agriculture. Cette année, l’arrachage a démarré plus tôt que d’habitude et a été réalisé à raison de 40% par des récolteuses dont le financement est subventionné.
    Résultat. Des records ont été enregistrés à tous les niveaux. Les rendements ont atteint en moyenne 85 tonnes de betterave à l’hectare et la teneur en sucre, 18%. Ce qui dégage, une production sucrière à l’hectare de l’ordre de 14 tonnes. Ce niveau dépasse celui atteint généralement en Europe: 12 tonnes/ha.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc