×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Législatives 2016

Le RNI met à jour sa stratégie digitale

Par Amine ATER | Edition N°:4847 Le 31/08/2016 | Partager
Une e-campagne qui s’articule autour de contenu vidéo et du bénévolat des militants
Priorité: récolter plus de voix
Cellules de veille pour limiter l’impact des bad buzz
rni_047.jpg

Depuis 2011, les partis politiques ont pris conscience de l’importance d’une présence digitale en renfort des campagnes électorales au sens classique. Un phénomène qui tend à se généraliser  vu l’engouement croissant des Marocains pour les réseaux sociaux (Ph. Bziouat)

 

Les Marocains ont apprivoisé Internet, notamment leur rapport aux réseaux sociaux. Un constat qui a été confirmé par la récente étude de l’ANRT qui fait état de 14,4 millions d’internautes, pour une pénétration de 42%. En effet, une large majorité d’usagers utilisent le net pour accéder aux réseaux sociaux. Les experts relèvent un  engouement sans précédent pour Internet, un outil stratégique pour les partis politiques, notamment à l’approche des législatives. «Nous avons agi sur 2 volets. Le 1er est la mise en place d’une véritable structure digitale professionnelle gérée par des Community managers, qui devront animer quotidiennement les pages du parti. Le site web a également été relooké de manière à le rendre consultable depuis un portable et a été exclusivement orienté vers l’accompagnement des candidats», précise un membre de la cellule digitale du RNI. Pour la formation de Salaheddine Mezouar, en plus des tournées sur le terrain, la campagne électorale se joue également sur les écrans de smartphones et d’ordinateurs. «Notre stratégie digitale ne vise pas à coopter les électeurs déçus par le PJD, plus habitués aux méthodes classiques. L’objectif est plutôt de toucher la majorité silencieuse, indécise, inscrite aux listes électorales et que l’on ne peut toucher qu’à travers Internet», soutient-on du côté du RNI. Pour y arriver, les dirigeants du parti de la colombe ont misé sur le contenu audiovisuel. En clair, la cellule web a réalisé une série de vidéos bilans des ministres, président du Parlement ou encore de présidents des Commissions parlementaires. S’y ajoute une mobilisation de militants du RNI de «manière bénévole», pour être des relais du contenu réalisé par la cellule web du parti. Les militants devront également effectuer une veille militante. «Cette mission s’effectuera via un ensemble d’outils et permettra aux contributeurs de signaler aux Community managers, les retombées ou les polémiques. Ce qui nous permettra de riposter si besoin et de mesurer l’impact exact des bad buzz», explique un responsable du parti. La mobilisation de militants au niveau d’Internet est, rappelons-le, fortement inspirée de la stratégie web qui a été appliquée par Barack Obama en 2007 et perfectionnée par l’actuel Premier ministre canadien Justin Trudeau en 2015. Chaque candidat du RNI disposera lors de la campagne électorale d’un responsable des réseaux sociaux. «La prise de conscience par la présidence du parti de l’importance du digital est cruciale. Le web pourra certainement nous ramener des voix supplémentaires», confie un membre du RNI. Il n’empêche que de l’aveu de dirigeants du parti, la formation de Mezouar reste loin de disposer de l’expérience digitale dont jouit le PJD ou encore des moyens financiers du PAM. «Malgré cela, nous nous baserons sur le bénévolat et sur un contenu de qualité que nous allons mettre à la disposition des candidats», soutient un responsable. Rappelons également que le RNI n’est pas à sa première tentative dans ce domaine. Une plateforme digitale a été déjà lancée, sous le pilotage de Moncef Belkhayat, en 2015. Cette initiative lancée sous le hashtag #ach bghite lbladi (ce que je veux pour mon pays), n’a pas fait long feu.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc