×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Tanger: Un incendie décime Casabarata

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4836 Le 16/08/2016 | Partager
Une centaine de locaux du célèbre souk partis en fumée selon les premières estimations
La ferronnerie et la menuiserie sans mesures de prévention, des bombes à retardement
tanger_incendie_036.jpg

Casabarata, une bombe à retardement qui connaît des incendies à répétition. Le dernier en date, celui de dimanche dernier avec une centaine de locaux partis en fumée, selon les premières estimations (Ph. Nigri)

Casabarata, le temple du shopping informel de Tanger est en deuil. Il vient de souffrir d’un des plus graves incendies de son histoire. Selon les premières estimations, ce sont pas moins d’une centaine de locaux qui auraient été endommagés par le feu dans la nuit de dimanche à lundi. Il semblerait, selon les premiers témoignages que le feu se soit déclaré vers 21 heures, dimanche soir. Le vent d’Est qui continue de souffler sur la ville et le caractère très volatile de ces locaux (la plupart, des baraques) et de leur contenu, a aidé à la propagation rapide des fronts de feu. Les flammes, de par leur ampleur, mais aussi le danger pour les autres habitations jouxtant le grand marché de Casabarata, a nécessité l’appui de plusieurs équipes de la protection civile qui se sont déplacées sur les lieux de l’incident.
A l’heure où nous mettions sous presse, aucune thèse n’est avancée de manière officielle sur les causes de l’incendie, mais il semblerait qu’il soit d’origine accidentelle. Ce n’est pas la première fois que ce marché subit un tel incident. Il y a quelques années, un incendie avait ravagé la partie dédiée à la vente des meubles, celle-la même d’où le feu se serait déclaré ce dimanche.
Selon les connaisseurs de ce marché, elle constitue une véritable bombe à retardement. Ses locaux, pour une grande majorité informels, ne disposent pas du simple minimum en matière de sécurité, l’extincteur étant inconnu dans les parages. En outre, son architecture ne prévoit pas de passages larges pour les équipes de sauvetage, ce qui réduit d’autant plus les possibilités d’extinction rapide. En outre, la nature des produits qui y sont vendus et entreposés en fait le candidat idéal pour ce genre d’incidents. A Casabarata, en plus de la partie dédiée aux tissus et aux appareils électroniques, cohabitent un marché aux puces ainsi que des locaux de vente de friperie et de vieux meubles. S’y trouvent mêlés d’autres faisant de la ferronnerie avec du matériel de soudage et de la menuiserie traditionnelle. Ces locaux regorgent de produits chimiques inflammables, un réel danger en cas d’incendie. Le marché a connu plusieurs projets de réorganisation qui se retrouvent dépassés par la prolifération des locaux informels et des vendeurs ambulants.
De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc