×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Evénement

    Fondation nationale des musées: Cinq grosses rénovations d’ici fin 2016

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4823 Le 28/07/2016 | Partager
    Après Tanger, c’est au tour de Fès, Rabat, Safi et Marrakech
    Au total, 13 musées sur la liste
    Les privés impliqués dans l’opération menée par la Fondation
    musee_4823.jpg

    Le MMVI a accordé sa première carte blanche à l’artiste Faouzi Laatiris. L’exposition intitulée «Volumes fugitifs. Faouzi Laatiris et l’Institut national des beaux-arts de Tétouan» est à découvrir jusqu’au 30 août 2016 (Ph. Bziouat)

    Nouvelle scénographie, nouveau parcours, nouvelles histoires racontées … Le musée Kasbah des cultures méditerranéennes de Tanger promet de faire découvrir à ses visiteurs une belle collection consacrée à la Méditerranée. «Sa réouverture, sera l’occasion de pré- senter des pièces rares», assure Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées (FNM). Le musée de Tanger offre à ses visiteurs la découverte d’une exposition, constituée de collections archéologiques et ethnographiques qui reflètent la diversité et la spécificité de la capitale du détroit. L’exposition se déploie en un parcours flexible qui se dé- cline en trois sections organisées suivant l’acheminement architectural du palais. Un parcours chronologique éclairé par des arrêts thé- matiques permet ainsi aux visiteurs de contempler la beauté du bâtiment, mais aussi de restituer, de reconstruire et de s’approprier l’histoire de la ville et de ses interactions avec l’espace méditerraéen  «La rénovation du musée a été possible grâce à des dons privés», tient à préciser Qotbi. Le coût global de l’opé- ration, qui avoisine les 2,5 millions de DH, a été majoritairement supporté (à hauteur de 80%) par un mécène français, résident au Maroc. Grâce à l’implication du mécénat privé, les opérations de rénovation et de mise à niveau des musées nationaux s’accélèrent. La Fondation nationale des musées (FNM) met les bouchées doubles pour pouvoir rouvrir plusieurs musées à Tanger, Fès, Rabat, Safi… «Nous sommes en train d’aligner pour la première fois des musées aux normes qui permettent la préservation des oeuvres pour les générations futures», relève Qotbi. Au total, 13 musées devraient bénéficier de ce coup de lifting dans les villes de Tétouan, Rabat, Tanger, Fès, Meknès, Marrakech, Chefchaouen, Safi…Le prochain sur la liste des réouvertures est le musée des bronzes de Rabat, qui sera fin prêt en octobre, suivi par celui de l’art de l’Islam (Fès) à la fin de l’année. Ce dernier est rénové

    musee_2_4823.jpg

    Le MMVI abrite jusqu’au 4 septembre 2016 la première rétrospective d’Alberto Giacometti en Afrique. L’évènement d’envergure, présenté en collaboration avec la Fondation Alberto et Annette Giacometti, met en lumière des œuvres célèbres de l’un des plus grands maîtres de l’art (Source: FNM+Muhcine Ennou) 

    grâce à un entrepreneur fassi qui a pris en charge tous les travaux (étanchéité, menuiserie, carrelage, consolidation des murs…). S’ensuivra le musée de la céramique de Safi, restauré grâce au soutien de l’OCP. «Nous allons aussi organiser, en novembre prochain, une préfiguration du musée des cultures et traditions du Maroc à Dar El Bacha à Marrakech, qui ne rouvrira ses portes officiellement qu’en décembre», annonce le président de la FNM. La collection africaine de ce musée, composée d’une centaine de pièces (recueillies grâce à un don privé) sera mise en valeur à l’occasion de la COP22. Outre ces chantiers de rénovation, la FNM a un agenda assez chargé

    musee_3_4823.jpg

    Une exposition monographique exceptionnelle de César Baldaccini, dit César, qui s’est tenue de décembre 2015 à mars 2016, a permis au public de découvrir une série d’œuvres majeures de l’artiste. «César: une histoire méditerranéenne» était une exposition didactique et pédagogique autour de l’œuvre du génie (Ph. Bziouat)

    pour les mois à venir. Après avoir accueilli l’exposition de César (2015) et celle de Giacometti, toujours en cours, le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MM6) s’apprête à accueillir Picasso pour la 1re fois en Afrique (au printemps 2017). De même, le MM6 met cette année la création contemporaine marocaine sous les feux de la rampe. Une première carte blanche a été donnée à une figure importante de l’art marocain, Faouzi Laatiris, qui a étudié

    à l’Institut national des beaux-arts de Tétouan (INBA). Le musée prépare également un hommage à la femme créatrice.

    Petite histoire…

    LE palais de la Kasbah est l’œuvre d’Ahmed Ben Ali, fils du caïd Ali Ben Abdellah El Hamani Errifi, qui chassa l’occupant anglais en 1684. Une inscription de fondation ciselée dans le revêtement mural en zellige de la «Qobbat Dar El Boukhari» indique la date de 1151 de l’Hégire, soit 1737-1738 après J.- C. Depuis, ce monument représente le siège du pouvoir et le symbole de l’autorité locale. Le bâtiment a connu plusieurs restructurations sous les règnes des sultans My Sliman et My Hassan Ier. Parmi ces modifications, figure la construction de la grande porte des jardins appelée «Riad EsSoultan» dans la partie nord-ouest. C’est en 1922 que le palais de la Kasbah a été transformé en musée.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc