×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

“Hrig”

Par L'Economiste| Edition N°:1445 Le 27/01/2003 | Partager

L'évasion et la fraude fiscale ne peuvent-elles pas, à elles seules, donner de quoi manger à nos 4,5 millions de chômeurs?La question mérite d'être posée tant qu'on ne saura pas combien de personnes (physiques ou morales) doivent mais ne paient pas l'impôt au Maroc. Aujourd'hui, l'essentiel de l'effort fiscal se concentre sur les salariés. Pas étonnant dans ces conditions que des milliers de Marocains crient à l'injustice. Ce sentiment d'iniquité est renforcé par ce manque de lucidité qui fait que l'on fasse payer un dirham d'impôt ici et laisse là, des milliards “non identifiés” dans la nature.En tout état de cause, le peu d'empressement politique manifesté jusque-là n'a rien de rassurant. La fraude fiscale et les enjeux stratégiques qu'elle sous-tend restent à la traîne des chamboulements qui ont touché nombre de chantiers de l'Etat. Mêlé à d'autres tares comme la corruption, les collusions d'intérêt ou la dissimulation de richesses mal acquises, l'impôt perd alors sa vocation première, à savoir contribuer à une meilleure justice sociale. Aujourd'hui, il s'agit de combattre la fraude sous toutes ses formes. On a tendance à se focaliser sur les revenus professionnels, mais quel est l'état des lieux pour les revenus mobiliers et immobiliers? La constitution d'une sorte de cadastre des fortunes et la transparence dans la distribution des richesses est la clef de voûte d'un système qui garantirait une meilleure équité fiscale. Cela pourrait être un premier pas dans la lutte contre cette économie de l'ombre.L'administration fiscale semble vouloir s'attaquer au problème. Tant mieux, car les “harragas” ne sont pas toujours ceux que l'on croit. Du moins, ils ne se trouvent pas tous à bord de pateras. Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc