Dossiers

Le premier immeuble de grande hauteur en chiffres

Par L'Economiste | Edition N°:340 Le 23/07/1998 | Partager

Superficies, coûts, équipements, prix des locaux, partenaires, impact sur le trafic... Les chiffres-clés du premier gratte-ciel.


Entièrement payé en Dirhams, le projet Casablanca Twin Center a nécessité une enveloppe de 1 milliard de DH avec un taux de dépassement de 1,3%. Le projet est piloté par la Société Centrale d'Investis-sements Immobiliers (SCII), dotée d'un capital de 210 millions de DH. Son tour de table réunit le Groupe ONA (40%), General Mediterranean Holding (30%), représentant des capitaux arabes et le groupe libyen Lafico (30%).
Premier IGH (immeuble de grande hauteur) au Maroc, haut de 29 étages, le Casablanca Twin Center est bâti sur un terrain de 8.800 m2. Les surfaces de bureaux s'élèvent à 43.000 m2, bureaux modulables, aménageables à convenance.
Les entreprises bénéficient sur place d'équipements techniques et technologiques en matière de câblage (électricité, téléphone, informatique), de climatisation, d'insonorisa-tion, de contrôle thermique ou de protection incendie et de sécurité. A noter que près de 9.000 lignes téléphoniques sont prévues.

Par ailleurs, les entreprises disposeront de services communs centralisés et coordonnés par la société spécialisée en charge de la gestion de l'ensemble du site. Chaque tour, composée de 25 niveaux à usage de bureaux aménagés en plateaux paysagers, comprend également un hall de réception d'une hauteur de 7,20 m sous plafond, ainsi que des espaces communs (salles de réunions, business center...). Quatre ascenseurs par tour desservent les étages à la vitesse de six mètres par seconde.
Le prix moyen des plateaux de bureaux débute à 17.500 DH le m2 et s'élève ensuite en grimpant les étages pour culminer à 26.000 DH le m2 aux niveaux supérieurs.
De leur côté, les surfaces de commerce s'étendent sur 13.500 m2 sur sept niveaux. Outre les différentes boutiques, le centre commercial regroupe également un auditorium de 800 m2 d'une capacité de 170 places. Au sous-sol, un parking, d'une capacité de 680 places, a un accès direct aux commerces. Le centre dispose également de huit entrées donnant sur les rues annexes et perpendiculaires aux Boulevards Zerktouni et Al Massira. Les prix des surfaces commerciales varient entre 35.000 et 40.000 DH le m2 et ce, en fonction de plusieurs critères: la surface achetée, la nature de l'activité exercée, l'emplacement de la devanture, le flux du trafic... "Nous n'avons pas de pas-de-porte. Nous vendons fonds et murs", précise M. Agzenaï.

Constituant le plus grand projet immobilier réalisé au Maroc en cette fin de siècle après la Mosquée Hassan II de Casablanca, le Twin Center se veut une structure "d'une autre dimension". Une ambition qui soulève encore des questions quant au problème du trafic. Sur ce point, les promoteurs se veulent rassurants. Deux études portant sur l'impact de ce projet sur la circulation ont été menées. L'une par le promoteur du centre et l'autre par les autorités. Une mise en commun de ces études permettra de résoudre le problème, souligne M. Agzenaï. "Mais d'ores et déjà, les premières mesures ont été mises en place". Il s'agit notamment des feux de circulation ainsi que des premiers agrandissements des chaussées. De plus, indiquent les promoteurs, la rotation au niveau des clients qui viendront s'approvisionner au centre et les 680 places de parking permettront d'éviter les goulots d'étranglement. Pour l'heure, toutes les mesures et recommandations émises sont en cours de test.


Les toiles et les alpinistes


Vous souvenez-vous des immenses toiles accrochées pendant une année aux deux tours jumelles. "Le meilleur support que nous puissions avoir est notre propre immeuble", avance M. Jamal Agzenaï. Ce sont deux toiles mesurant 200 m2 chacune qui "nous ont servi à effectuer le lancement et à installer la notoriété du projet". Les toiles ont été conçues par une entreprise française spécialisée dans l'habillement des immeubles pour ce type de produit, Athem, en collaboration avec la société Mosaïk pour la conception du visuel. L'installation s'est effectuée à l'aide "d'une sorte de parachutage" et d'une équipe d'alpinistes de la société Athem. Des supports métalliques, des câblages et des anneaux ont été nécessaires pour maintenir l'ensemble.

Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc