Culture

Maroc-France: Près de 10 siècles de diplomatie

Par L'Economiste | Edition N°:4595 Le 27/08/2015 | Partager
Un ouvrage qui s’insère dans l’histoire diplomatique franco-marocaine de 1282 à 1873
470 documents écrits, 70 documents iconographiques (photographies, dessins, cartes)
Politique, sociologie, art épistolaire, littérature de voyage…

Lettre de Louis XVI au Sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah, annonçant la naissance d’un prince royal français et rappelant les bonnes relations entre la France et le Maroc, 22 octobre 1781/4 dhou al-qida 1195.

La direction des Archives Royales vient de publier,  à l’occasion de la fête de la Jeunesse, le premier ouvrage d’une série traitant de l’histoire des relations étrangères du Royaume à travers ses archives en collaboration avec la direction des archives du ministère français des Affaires étrangères et du développement international. Le premier tome des  «Relations maroco-françaises, une histoire pluriséculaire» donne la primauté à l’enracinement profond de ces deux nations ainsi qu’à leurs relations exceptionnelles de 1282 à 1873.  La seconde partie de l’ouvrage couvrira la période de 1873 à 1912. Réalisée et coordonnée par Bahija Simou, historienne et directrice des Archives Royales,  cette œuvre d’une grande richesse et qualité, en arabe et en français, met en lumière divers aspects d’une histoire commune, celle d’un patrimoine bilatéral d’une grande importance. Le fonds documentaire de cet ouvrage comporte 470 documents écrits, en plus de 70 documents iconographiques dont des photographies, des dessins et des cartes. L’œuvre est préfacée par l’ancien ambassadeur de France au Maroc, Charles Fries, et son homologue marocain Chakib Benmoussa. Le livre est divisé en 8 chapitres introduits chacun par des analyses sur les enjeux de ces relations et la diversité des aspects de coopération au cours des âges. 

Situation géographique du Maroc sur la rive sud de la Méditerranée, carte tirée de la Cosmographie universelle selon les anciens navigateurs tant anciens que modernes (sic) de Guillaume Le Testu, 1555.

Le premier chapitre traite de l’image et s’intéresse à «L’image du Maroc chez les cartographes occidentaux, entre réalité et imaginaire». Il est illustré par plusieurs cartes géographiques, de cosmographies et de gravures. Le plus ancien document remonte à 1375. Il représente deux feuilles de l’Atlas catalan. Le suivant est consacré à «L’aube des relations maroco-françaises». Les premiers contacts entre la France et le Maroc remonteraient au début du 3e siècle de l’Hégire (IXe siècle grégorien). «Certaines sources historiques parlent même de l’arrivée d’une ambassade des Idrissides au palais de Charlemagne». Le troisième chapitre couvre l’époque watasside et saâdienne à travers plusieurs lettres des Sultans de cette période et diverses illustrations. Le quatrième chapitre traite des «Relations maroco-françaises à l’époque du Sultan Moulay Ismaïl (1672-1727) et du Roi Louis XIV (1643-1715)». Une période qui constitue une troisième étape des relations entre les deux nations «en raison de la particularité de la conjoncture politique globale et du retournement des rapports de force à partir du milieu du XVIIe siècle». L’on retrouve dans ce chapitre, notamment, un traité de paix entre le Maroc et la France datant du 29 janvier 1682, plusieurs correspondances du Sultan Moulay Ismaïl à Louis XIV, des lettres de caïds, des œuvres d’art… Le cinquième chapitre se focalise sur «Le Sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah (1757-1792) et les Rois Louis XV (1715-1774) et Louis XVI (1774-1792), une période d’affermissement des relations diplomatiques».

Réponse du Sultan Sidi Mohammed Ben Abdallah à la lettre de Louis XVI l’informant du décés de Louis XV, avec ses félicitations pour son avènement au trône, 18 août 1774/ Joumada al thania 1188.

«Les études étrangères indiquent que cette période se distingua par d’intenses échanges diplomatiques avec la France».

L’Exposition universelle de Paris, pavillon du Maroc 1284/1867

L’ouvrage présente de nombreux documents reflétant spécialement, et en détail l’intérêt que le consulat de France portait à l’évolution et aux péripéties de ces relations. Le sixième chapitre s’arrête sur le Sultan Moulay Slimane (1792-1822) et Napoléon Bonaparte. L’accession au trône de Moulay Slimane et la révolution française ont profondément marqué les relations maroco-françaises de cette période. Le septième chapitre se penche sur le Sultan Moulay Abderrahmane Ben Hicham (1822-1859) face à l’incursion militaire française, une période difficile pour le Maroc qui a dû mener un double jeu entre l’Algérie et la France, «un contexte qui fût à l’origine d’une troisième crise où le pays se trouva en conflit direct avec la France». Le dernier chapitre du premier tome remonte au Sultan Sidi Mohammed Ben Abderrahmane (1859-1873) Napoléon III et le problème de la protection  consulaire. Cet ouvrage qui retrace l’histoire entre le Maroc et la France à travers les âges ne manquera pas d’intéresser les chercheurs dans le domaine de l’histoire politique et diplomatique, de la sociologie, de la littérature de voyage…

Qui est Bahija Simou?
Bahija Simou est historienne, spécialiste de l’histoire militaire marocaine et directrice des Archives Royales du Maroc. Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Mohammed V à Rabat, elle a été commissaire de nombreuses expositions en France et au Maroc, dont récemment le «Maroc médiéval, un empire de l’Afrique à l’Espagne». Elle est la première femme marocaine à être élue membre de l’Académie des sciences d’Outre-mer à Paris et à être nommée Chevalier de l’Ordre des arts et des lettres de la République française. Simou a publié de nombreux ouvrages en arabe et en français dont «L’armée marocaine, tradition et ouverture», ou encore «Le Sahara marocain à travers les documents royaux», «La Béia»
Aïda BOUAZZA
 
  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc