Economie

TNT, comment ça marche

Par Amine ATER | Edition N°:4551 Le 19/06/2015 | Partager
Les chaînes ont cessé d’émettre en UHF depuis le 17 juin
Le territoire couvert à 84% pour 400 millions de DH à fin 2011

Le signal UHF des 3 grandes chaînes nationales a cessé d’émettre depuis 2 jours pour laisser place à la TNT appelée à généraliser la HD

Depuis le 17 juin, la télévision analogique terrestre n’est plus. Elle cède sa place à la télévision numérique terrestre (TNT). Ce sont du moins les fréquences UHF qui sont inopérantes depuis 2 jours, ce qui concerne 2M et la SNRT pour certaines régions. Pour ce qui est de la fréquence VHF, la transition ne se fera qu’en juin 2020. Le passage de l’analogique au numérique a commencé en février 2007, couvrant dans un premier temps les grandes villes du pays: Casablanca, Rabat, Fès, Meknès, Tanger, Oujda et Marrakech, où se concentrent plus de 50% de la population. A ce jour, la SNRT est en train de finaliser son réseau TNT qui couvre 84% de la population. Un chantier qui a mobilisé une enveloppe budgétaire de 400 millions de DH à fin 2011. «La TNT souffre de zones d’ombre surtout au niveau des régions montagneuses. Ce qui ne pose pas de réels problèmes sachant que plus de 90% des Marocains sont équipés d’antennes paraboliques, soit une couverture de 100%», expliquent les techniciens de la SNRT. Le contenu de la TNT se décline en bouquet, qui comporte 11 chaînes dont les 3 grandes (2M, Al Aoula et Medi1TV). S’y ajoutent, Arryadia (sport), Arrabiâ (la 4e, chaîne culturelle) et Al Maghribiya (la marocaine, chaîne dédiée notamment aux Marocains résidant à l’étranger), Assadissa (la 6e, chaîne religieuse) ou encore Aflam TV (Cinéma arabe et international), Tamazight, chaîne généraliste berbère et Laâyoune TV (chaîne dédiée notamment au Sahara marocain). L’avantage qu’offre la TNT par rapport au signal hertzien se décline à travers une meilleure qualité d’image, en raison de l’élimination des interférences visibles. La TNT permet par ailleurs aux chaînes de diffuser en HD. Autre avantage, la possibilité de faire capter plus de chaînes sur le spectre dans la transmission. Ce qui permet d’augmenter sensiblement le nombre de chaînes tout en libérant des portions conséquentes du spectre hertzien. La TNT offre également la possibilité aux chaînes de proposer des services interactifs comme le Hybrid Broadcast Broadband TV (HbbTV), qui permet aux télévisions de publier en plus ou en accompagnement de leur programmation du contenu additionnel (magazines d’information, fiches contextuelles au programme, alertes en toutes sortes…). La transmission du signal numérique est plus efficace en termes de consommation d’énergie que l’analogique. Cette technologie n’a pas que des avantages, régler le signal TNT peut s’avérer assez difficile, vu que l’image est soit de bonne qualité, soit indisponible, ne fournissant aucune indication sur la bonne orientation de l’antenne. Et ce, en raison de l’absence de «friture» qui était fournie par une image progressivement dégradée en mode analogique. Les anciens récepteurs, pour leur part, sont en partie non compatibles avec la TNT et devront être équipés de convertisseurs analogique-numérique ou même de nouveaux téléviseurs avec récepteur intégrés. Pour l’heure, à peine 20% de la population est munie d’écrans plats qui pour leur part ne sont pas tous équipés de récepteurs TNT intégrés. Le reste est donc obligé d’acquérir un décodeur dont le prix varie entre 500 et 1.000 DH, une situation peu probable vu que plus de 90% des ménages sont équipés d’antennes paraboliques qui offrent beaucoup plus de choix en termes de contenu.

A. At

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc